L’avenir de France 4 assuré après l’intervention de Macron – Digital TV Europe

La chaîne jeunesse de France Télévisions, France 4, qui avait été confrontée à la hache, a été graciée suite à l’intervention personnelle du président Emmanuel Macron.

France 4 avait déjà été conçu pour une fermeture en 2020 mais a été récupéré en raison de la pandémie COVID-19 et du verrouillage qui a suivi.

Macron est désormais intervenu, tweetant que la chaîne avait «assuré sa place dans les foyers, notamment depuis la pandémie» et qu’il l’a soutenue dans la poursuite de sa mission «autour de deux pôles: les enfants le jour, la culture le soir, pour prolonger le succès de l’expérience Culturebox », en référence à la chaîne pop-up mise en place lors du verrouillage des institutions culturelles en février, dans le but de soutenir la création artistique. Culturebox partage la fréquence de France 4 sur le réseau numérique-terrestre depuis début mai.

Cette décision a été saluée par la directrice générale de France Télévisions, Delphine Ernotte, qui a déclaré au journal Le Monde qu’il s’agissait «d’une marque de confiance dans la fonction publique et ses salariés, qui travaillent chaque jour au service de nos téléspectateurs».

L’actualité que France 4 continuerait de diffuser a été saluée par d’autres parties prenantes dont la société de droits d’auteur SACD, qui représente les intérêts des écrivains, et AnimFrance, qui avaient tous deux fait campagne pour que la chaîne soit sauvée.

La SACD a déclaré que le sursis était «une bonne nouvelle pour les enfants et les familles» et a déclaré que la chaîne jouait «un rôle éducatif essentiel».

«AnimFrance et la SACD remercient le président de la République, Jean Castex, le Premier ministre, Roselyne Bachelot, ministre de la culture et du gouvernement pour avoir auditionné de nombreux psychologues et défenseurs des droits de l’enfant, élus locaux, parlementaires, et pour les créateurs et professionnels de l’industrie audiovisuelle et du cinéma et pour avoir eu le sens de prendre ce virage dans l’intérêt général », ont déclaré les deux organisations.