L’aigle juridique Christopher dans le grand bain

Christopher Bullock, avocat associé au département commercial du cabinet O’Reilly Stewart Solicitors, spécialisé dans le conseil au secteur de l’hôtellerie et des licences, est à l’honneur cette semaine

Quel a été votre premier emploi ?

Elle a été préposée aux loisirs dans le centre de loisirs de Dungannon pendant toute la durée de l’école et de l’université. C’était un travail que j’aimais beaucoup et heureusement je n’ai jamais eu à intervenir pour sauver quelqu’un !

Quelles sont vos qualifications ?

Droit avec le français de la QUB et un certificat d’études juridiques professionnelles. Le développement personnel continu (CPD) est extrêmement important en droit, car la profession et ce qui l’influence sont en constante évolution et changement, de sorte que, comme pour beaucoup d’autres carrières, il existe un apprentissage tout au long de la vie.

À quoi attribuez-vous votre succès ?

C’est une simple manta, mais beaucoup de travail et d’engagement. Mes parents nous ont toujours encouragés, mes frères et sœurs et moi-même, à nous pousser autant que possible dans nos études pour ouvrir les portes des meilleures opportunités de la vie. J’ai cherché à mettre en œuvre ce travail tout au long de ma carrière professionnelle.

Comment vous décririez-vous à quelqu’un qui ne vous a jamais rencontré ?

Pragmatique, engagé et franc-parleur. Il faut espérer que les clients s’accordent à dire que ce sont de bons traits de caractère pour un avocat.

Qui admirez-vous dans les affaires ?

Je n’admire pas une personne en particulier, mais j’ai beaucoup d’admiration pour les nombreux entrepreneurs que je rencontre dans mon travail et qui ont créé de toutes pièces des entreprises très prospères. Parfois, j’aimerais avoir un peu de leur esprit d’entreprise et de leur courage. C’est vraiment dommage de voir certaines de ces entreprises qui ont réussi auparavant se débattre pendant cette pandémie.

Comment tirer le meilleur parti des personnes qui travaillent pour vous ?

Je ne demanderais à personne de faire quelque chose que je ne serais pas prêt à faire moi-même.

Si vous pouviez changer une chose dans la façon de faire des affaires en Irlande du Nord, quelle serait-elle ?

Dans le monde juridique, on continue de s’appuyer sur l’envoi de lettres et de documents par la poste, à mon avis inutilement. Covid-19 a obligé de nombreuses entreprises à adopter le travail numérique plus rapidement qu’elles ne l’auraient fait autrement, ce qui ne peut qu’être une bonne chose pour le rythme auquel les affaires peuvent être menées.

De quel site web ou application ne pourriez-vous pas vous passer ?

Pour moi, personnellement et professionnellement, Twitter est essentiel à la fois pour se tenir au courant de ce qui se passe et pour promouvoir son propre message.

Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Done Deal” de Daniel Geey, un livre sur la légalité des transferts d’argent du football et écrit par un avocat impliqué dans ces transferts. Avec deux jeunes enfants, il n’y a pas beaucoup de temps pour la lecture de nos jours.

Quelle voiture conduisez-vous ?

Quelque chose de pragmatique pour s’adapter aux sièges de voiture et aux buggies – c’est une Toyota Avensis. Peut-être qu’un jour je passerai à quelque chose de plus luxueux.

Dites-nous quelque chose d’intéressant à votre sujet ?

Pendant mon année Erasmus en France en 2009/2010, j’ai fondé un club GAA à Toulouse, appelé Tolosa Gaels. Le club est toujours en activité et je reste en contact avec certains de ses membres.

Quelle est votre plus grande passion en dehors du travail et de la famille ?

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été très impliqué dans le football gaélique. Aujourd’hui, au crépuscule de ma carrière de joueur, je vais bientôt devoir trouver quelque chose pour combler le vide.