La Tunisie ramène des familles liées aux jihadistes depuis la prison libyenne

&#13 ;
Des membres des forces de sécurité affiliées au ministère de l’Intérieur du gouvernement d’entente nationale (GNA) libyen arrêtent un véhicule à un point de contrôle dans la ville de Tarhuna, à environ 65 kilomètres au sud-est de la capitale Tripoli ;

La Tunisie a rapatrié au moins 16 femmes et enfants accusés de liens avec des combattants djihadistes extrémistes emprisonnés dans la Libye voisine ravagée par la guerre, ont déclaré mercredi des groupes de défense des droits.

Deux groupes distincts de détenus, totalisant six femmes et dix enfants, ont été remis par les autorités libyennes à la frontière tunisienne au début du mois de mars, a déclaré Mustapha Abdelkebir, de l’Observatoire tunisien des droits de l’homme.

La nouvelle de leur libération a été annoncée alors que le président tunisien Kais Saied s’est rendu en Libye mercredi, le premier dirigeant de son pays à le faire depuis neuf ans, pour rencontrer le gouvernement d’unité libyen récemment formé.

La Libye a sombré dans le chaos après que le dictateur Moamer Kadhafi a été renversé et tué lors d’un soulèvement soutenu par l’OTAN en 2011, avec un ensemble de forces luttant pour combler le vide, créant un terrain fertile pour l’enracinement de groupes djihadistes comme le groupe État islamique.

READ | Le bilan de l’attaque au Mali attribuée aux djihadistes s’élève à 11 personnes

Les djihadistes ont utilisé la Libye sans loi comme zone de transit pour une série d’attaques sanglantes en Tunisie, mais un nouveau gouvernement d’unité soutenu par l’ONU en Libye cherche à rétablir la stabilité.

Les activistes ont exhorté Saied à plaider pour la libération d’autres personnes toujours détenues en Libye.

“Nous espérons que[…]le Président Saied fera tout son possible pour accélérer le retour de ceux qui sont encore détenus”, a déclaré Mohamed Iqbel Ben Rejeb, du groupe de campagne de l’Association de sauvetage des Tunisiens bloqués à l’étranger.

Abdelkebir estime qu’une vingtaine d’enfants tunisiens sont toujours détenus en Libye, ainsi qu’une quinzaine de femmes.

Les enfants qui se trouvent actuellement en Tunisie, âgés de trois à 17 ans, ont été confiés aux services sociaux en vue de leur éventuel retour dans leur famille.

READ | Des hommes armés enlèvent des élèves dans le nord-ouest du Nigeria, une région très agitée

Les six femmes sont détenues dans un centre de détention tunisien avant leur procès, a précisé M. Abdelkebir.

La question du rapatriement des citoyens partis combattre à l’étranger fait l’objet de vifs débats en Tunisie, après plusieurs attentats sanglants perpétrés sur le sol national par des Tunisiens entraînés en Libye.