La Suisse obtient une interdiction de port de voile | DW | 07.03.2021 – DW (allemand)

Une interdiction du port du voile a été approuvée en Suisse. Après le décompte des voix, 51,21 % des électeurs du référendum se sont prononcés en faveur de l’initiative “Oui à l’interdiction du voile”. Cependant, seulement un peu plus de la moitié de la population suisse a participé au vote. Le taux de participation a été de 51,4 %. L’interdiction doit maintenant être intégrée dans la constitution.

L’initiative d’une association conservatrice de droite avait fait passer le référendum sur une interdiction fondamentale du port du voile dans les espaces publics avec une collecte de signatures. Il s’agit de voiles religieux tels que la burqa et le nikab, mais aussi de déguisements, par exemple de hooligans lors de matchs de football et de manifestants. Cependant, les débats politiques qui ont précédé ont porté presque exclusivement sur la composante musulmane.

Bulletins de vote comptés avec “oui”.

Le projet de loi est venu de l’environnement du parti conservateur de droite, l’UDC, de l’association “Egerkinger Komitee”. Dès le début, la commission n’a pas caché que la proposition visait le voile musulman. Comme raisons, l’association a cité les droits à la liberté, les principes d’égalité et les valeurs chrétiennes occidentales. L’Islam radical doit être mis à sa place, a déclaré Anian Liebrand de l’UDC. Il est le directeur général du “Comité Egerkinger”.

Il ne devrait y avoir que quelques exceptions à l’interdiction nationale du port du voile en public, par exemple pour des raisons de sécurité, de santé ou de coutumes comme la Fasnacht. La règle s’appliquerait également aux touristes.

Les opposants voient l’incitation contre les musulmans

Le gouvernement suisse, le Parlement et tous les grands partis du pays, à l’exception de l’UDC, s’étaient opposés au projet de loi. Ils ont fait valoir que le fait de se couvrir le visage avec un nikab ou une burqa était un phénomène marginal en Suisse et qu’un code vestimentaire n’avait pas sa place dans la constitution. En outre, il appartenait aux cantons d’édicter des règles. En outre, selon la loi actuelle, le fait de forcer une femme à se couvrir le visage est un délit pénal.

Le nombre de personnes portant la burqa et le nikab en Suisse est en train de disparaître

En 2018, la proportion de musulmans en Suisse était de 5,3 %. Selon les enquêtes du Centre de recherche religieuse de Lucerne, moins de trois douzaines de femmes portent un voile islamique intégral dans tout le pays. Pour la plupart, ce sont les femmes converties qui choisissent consciemment de le faire, a-t-il dit. La burqa voile complètement les femmes, ne laissant qu’une fenêtre en treillis ouverte à la vue. Le vêtement avec une fente s’appelle un nikab.

En Suisse, une interdiction nationale du port du voile est en discussion depuis plusieurs années. Deux cantons ont déjà mis en place une telle interdiction. Saint-Gall et le Tessin ont promulgué des interdictions de port du voile en 2018 et 2016, respectivement.

Le voile intégral ou partiel du visage est également interdit dans divers pays européens, comme la France, le Danemark, les Pays-Bas et l’Autriche. En 2009, l’approbation par les Suisses de l'”Initiative sur les minarets” de l’UDC, qui a ancré l’interdiction de construire des minarets dans la Constitution de la Confédération suisse, a fait grand bruit.

qu/fab (dpa, rtr, afp, kna)