La police française organise une manifestation à Paris contre les attaques contre des officiers – The Guardian

Des milliers de policiers devraient se rassembler mercredi devant le parlement français pour protester contre les attaques contre des collègues et les craintes croissantes pour leur propre sécurité.

Les policiers, qui ont été critiqués pour leurs propres actions agressives lors des manifestations, réclament des peines plus sévères pour les personnes reconnues coupables de ciblage de la police, à la suite du meurtre de plusieurs policiers ces derniers mois.

Il y a deux semaines, un officier de 36 ans a été abattu dans la ville méridionale d’Avignon lors d’une opération anti-drogue. Le mois dernier, un policier a été poignardé à mort devant un poste de police au sud-ouest de Paris.

L’annonce par le ministre de l’Intérieur, Gérard Darmanin, de sa participation à la manifestation a suscité la controverse et s’ajoutera aux affirmations selon lesquelles le gouvernement d’Emmanuel Macron tente de courtiser les électeurs d’extrême droite avant l’élection présidentielle de l’année prochaine. Les sondages suggèrent que l’élection ira à un second tour entre Macron et Marine Le Pen.

Darmanin, dont le rôle de supervision de la police et des forces de sécurité du pays signifie qu’il est souvent décrit comme «le meilleur flic de France», a déclaré qu’il assistait à la manifestation pour «montrer son soutien à la police».

«La police est marquée par le chagrin, l’émotion et la colère. Chaque jour, ils sont victimes d’une société de plus en plus violente », a-t-il déclaré. France Inter radio. «Je serai là pour montrer mon soutien, avec d’autres politiciens… je leur dirai que nous les aimons.»

François-Xavier Bellamy, un député européen français, a accusé Darmanin de protester «contre sa propre inaction».

Damien Abad, le chef du groupe parlementaire de centre-droit Les Républicains, dont beaucoup devaient assister à la manifestation, a déclaré: [Darmanin’s] le rôle est d’agir et non de protester. »

Les organisateurs de la manifestation de mercredi ont appelé à une participation «exceptionnelle» et espéraient que plus de 30 000 officiers et membres du personnel se rassembleraient devant l’Assemblée nationale. Ils ont insisté sur le fait qu’il ne devrait pas y avoir de «jeu politique» avec l’événement.

“Tout le monde est libre de participer … mais aucun politicien ne sera autorisé à accéder à l’État ou à parler”, ont déclaré les syndicats de la police dans un communiqué.

Parmi ceux qui devraient également être présents, il y avait Jordan Bardella, numéro deux du Rassemblement national d’extrême droite de Le Pen, qui a déclaré qu’il serait présent avec de nombreux représentants élus du parti.

Le magazine d’information français Le Point a récemment fait état d’un sondage suggérant que 60% des policiers du pays prévoient de voter pour le Rassemblement national lors des prochaines élections, contre 57% en 2017.

Le chef du parti socialiste, Olivier Faure, ainsi que les dirigeants du parti communiste français et d’Europe Écologie les Verts sont également présents.

La gauche d’extrême gauche France Insoumise a déclaré qu’elle n’enverrait pas de représentant et a déclaré que la police était utilisée pour marquer des points politiques.