La France recommande le vaccin AstraZeneca COVID-19 uniquement pour les 55 ans et plus, en rupture avec les directives de l’UE – CBC.ca

Le régulateur médical français a approuvé la reprise de l’utilisation du vaccin COVID-19 d’AstraZeneca-Oxford vendredi, mais a déclaré qu’il ne devrait être administré qu’aux personnes de 55 ans et plus.

La restriction rompt avec les directives du chien de garde européen selon lesquelles le vaccin est sans danger pour tous les groupes d’âge et intervient quelques semaines seulement après que Paris a initialement déclaré que le vaccin ne devrait être utilisé que sur les personnes de moins de 65 ans.

L’Agence européenne des médicaments a déclaré jeudi qu’elle était convaincue que les avantages du vaccin AstraZeneca l’emportaient sur les risques après des rapports de rares cas de coagulation sanguine.

La recommandation de l’Autorité nationale de la santé (HAS) reflétait des signes indiquant que la coagulation touchait principalement des personnes plus jeunes, dont le risque de mourir du COVID-19 était inférieur à celui des personnes âgées.

“Au vu des données fournies par l’EMA, la HAS estime que la vaccination avec le vaccin AstraZeneca peut reprendre immédiatement”, a indiqué le régulateur français dans un communiqué.

“Cependant, l’EMA a identifié un éventuel risque accru de (thrombose) chez les personnes de moins de 55 ans. La HAS recommande d’utiliser le vaccin AstraZeneca à ce stade uniquement pour les personnes âgées de 55 ans et plus, qui représentent la majorité des personnes prioritaires.”

REGARDER | Des messages contradictoires pèsent sur le vaccin AstraZeneca:

Le vaccin AstraZeneca-Oxford COVID-19 s’est avéré sûr et efficace, mais après des conseils contradictoires sur son utilisation et avec certains pays suspendant les vaccinations, on ne sait pas si les dommages peuvent être réparés malgré les efforts des médecins et des responsables de la santé. 4:58

Un examen de l’EMA portant sur 20 millions de personnes au Royaume-Uni et dans l’Espace économique européen, qui relie 30 pays européens, a inclus sept cas de caillots sanguins dans plusieurs vaisseaux sanguins et 18 cas d’une maladie rare et difficile à traiter appelée thrombose du sinus veineux cérébral (CVST ).

Pendant ce temps, le groupe d’experts sur la sécurité des vaccins de l’Organisation mondiale de la santé a déclaré vendredi que les données du vaccin COVID-19 d’AstraZeneca ne suggéraient aucune augmentation globale des conditions de coagulation, mais qu’il continuerait à surveiller ses effets.

Il a également souligné que le vaccin «continue d’avoir un profil bénéfice-risque positif, avec un énorme potentiel pour prévenir les infections et réduire les décès dans le monde».

France suspension de levage

La France était l’un des plus d’une douzaine d’États de l’Union européenne à avoir suspendu l’utilisation du vaccin anglo-suédois cette semaine.

La HAS a indiqué qu’elle réexaminerait son avis dès que de nouvelles données entreraient. Elle a indiqué que des orientations seraient également données prochainement aux moins de 55 ans ayant déjà reçu une première dose d’AstraZeneca.

Les nouvelles restrictions ajoutent une autre complication au déploiement difficile de la vaccination en France, qui a été assailli par des formalités administratives lourdes, des difficultés d’approvisionnement et un niveau élevé de méfiance du public.

Le Premier ministre français Jean Castex, 55 ans, a reçu vendredi le vaccin AstraZeneca COVID-19 lors d’un événement retransmis en direct à la télévision. (Thomas Coex / AFP / Getty Images)

La France a jusqu’à présent délivré 5,7 millions de premières doses – soit environ 8% de la population – contre plus de 25 millions en Grande-Bretagne et plus de 100 millions aux États-Unis.

Lorsque la France a approuvé pour la première fois l’utilisation du tir AstraZeneca début février, elle a déclaré que ce ne devrait être que pour les moins de 65 ans, le président Emmanuel Macron le qualifiant de “quasi-inefficace” pour quiconque au-delà de la soixantaine.

La France n’a supprimé cette restriction que ce mois-ci.

Vendredi, le Premier ministre français Jean Castex a reçu le vaccin AstraZeneca dans un hôpital près de Paris, lors d’un événement retransmis en direct à la télévision française dans le cadre des efforts visant à restaurer la confiance du public dans le vaccin.

Recommandations d’âge élargies au Canada

Au Canada, le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) a élargi mardi ses lignes directrices sur le vaccin AstraZeneca pour recommander qu’il soit administré aux personnes de plus de 65 ans.

Le comité, qui formule des recommandations sur l’utilisation de vaccins nouvellement approuvés au Canada, avait précédemment recommandé aux Canadiens de plus de 65 ans de ne pas recevoir de vaccin AstraZeneca, tandis que Santé Canada, l’organisme de réglementation, avait autorisé son utilisation chez les adultes de tous âges.

Les recommandations initiales du CCNI étaient basées en grande partie sur les données d’essais cliniques et n’ont pas examiné les preuves du monde réel après le 7 décembre – mois avant que l’efficacité du vaccin ne soit pleinement réalisée dans d’autres pays pour les groupes plus âgés.

La Dre Caroline Quach-Thanh, présidente du comité, a déclaré que l’équipe avait mis à jour ses directives sur la base d’études récentes sur l’efficacité dans le monde réel – y compris de nouvelles preuves provenant du Royaume-Uni, qui a administré le vaccin AstraZeneca à des personnes de 65 ans et plus.

REGARDER | Les avantages du vaccin AstraZeneca l’emportent sur les risques, selon le meilleur médecin du Canada:

L’administrateur en chef de la santé publique du Canada, la Dre Theresa Tam, affirme que les avantages du vaccin AstraZeneca COVID-19 l’emportent sur les risques rares. 1:53

Lors d’une réunion d’information vendredi, la Dre Theresa Tam, Bureau en chef de la santé publique, a fait écho aux conclusions de l’EMA et de l’OMS selon lesquelles les avantages du vaccin AstraZeneca dans la protection de la forme COVID-19 l’emportent sur les risques.

“Santé Canada a travaillé en étroite collaboration avec les organismes de réglementation internationaux pour recueillir et évaluer les informations disponibles et a déterminé que le vaccin AstraZeneca n’a pas été associé à une augmentation du risque global de caillots sanguins”, a-t-elle déclaré. “On s’attend à ce que de rares événements indésirables soient détectés lorsque des vaccins sont administrés à des millions de personnes.”

Tam a déclaré que Santé Canada continuera de travailler avec les organismes de réglementation internationaux et d’examiner les données et les preuves au fur et à mesure qu’elles seront disponibles.