La France rapporte une nouvelle augmentation du nombre de patients en soins intensifs Covid-19 – The Straits Times

PARIS (REUTERS, XINHUA) – La France a rapporté samedi 3 avril que 5273 personnes étaient dans des unités de soins intensifs (USI) pour Covid-19, une augmentation de 19 par rapport à la veille, alors que le pays entrait dans son troisième verrouillage national pour aider combattre la pandémie.

Le gouvernement avait essayé de garder le couvercle sur les nouveaux cas de Covid-19 avec des couvre-feux et des mesures régionales, mais à partir de samedi, et pendant les quatre prochaines semaines, les écoles et les entreprises non essentielles à travers le pays resteront fermées.

La hausse du nombre de patients en soins intensifs samedi a fait suite à un bond beaucoup plus important la veille – le plus élevé en cinq mois, à 145.

Le président Emmanuel Macron a promis plus de lits d’hôpitaux pour soigner les patients gravement malades de Covid-19.

M. Macron avait espéré sortir la France de la pandémie sans avoir à imposer un troisième verrouillage national qui nuirait davantage à une économie encore sous le choc de la crise de l’année dernière.

Mais de nouvelles souches du virus ont balayé la France et une grande partie de l’Europe, dans un contexte de déploiement plus lent des vaccins anti-coronavirus dans l’Union européenne que dans certains pays, dont la Grande-Bretagne et les États-Unis.

La France a signalé 213 nouveaux décès de Covid-19 samedi, portant le bilan à 96 493 depuis le début de la pandémie, selon les données du ministère de la Santé. Le nombre de nouvelles infections est toujours en cours de calcul, a noté le ministère.

Samedi, 9,24 millions de personnes en France, soit 17,6% de la population adulte, avaient reçu au moins une dose d’un vaccin Covid-19, et 3,11 millions avaient reçu deux injections, selon le ministère de la Santé.

Selon un sondage Ifop auprès de 1021 personnes réalisé en ligne le 1er avril et publié dimanche dans le journal Le Journal du Dimanche, une majorité de Français a exprimé des doutes sur la gestion de la pandémie par le gouvernement.

Cinquante-huit pour cent des personnes ont déclaré ne pas croire que la campagne de vaccination serait menée comme prévu.

Cependant, une majorité de personnes, 51%, ont déclaré qu’elles prévoyaient de se faire vacciner contre le Covid-19, et seulement 34% ont déclaré qu’elles ne le feraient pas.

Un autre 15 pour cent ont dit qu’ils avaient déjà été vaccinés.

M. Macron a promis d’accélérer la campagne de vaccination de la France, et le ministère de la Défense a annoncé samedi soir que sept hôpitaux militaires seraient mobilisés à partir du 6 avril pour administrer des doses.

La France a approuvé l’utilisation des vaccins développés par Pfizer-BioNTech, Moderna, Johnson & Johnson et AstraZeneca.