La France punit les soldats pour une lettre controversée – Agence Anadolu

PARIS

La France entamera des sanctions disciplinaires militaires contre au moins 18 soldats actifs pour avoir été signataires d’une lettre ouverte controversée qui est interprétée comme un «appel à la sédition», a annoncé mercredi le chef d’état-major de la défense.

Dans ses premières remarques, le général François Lecointre a déclaré au journal Le Parisien qu’il était «absolument révolté» et «choqué» de lire la lettre appelant le personnel militaire en activité.

«Je ne peux pas accepter cela, car la neutralité de l’armée est essentielle», a-t-il déclaré.

Lecointre a ajouté qu’à ce jour, 18 soldats actifs, dont quatre officiers, ont été identifiés parmi les signataires et l’armée est en train de mener un recensement pour en identifier davantage. Il y a 210 000 soldats actifs dans le service militaire français.

Parmi les signataires figurent d’anciens généraux de la 2S, ou «deuxième section», qui peuvent être rappelés par le ministère des Armées pour une mission particulière telle que le renforcement de la gestion d’une armée si nécessaire. Lecointre a déclaré que ces généraux seront radiés de la liste, qui est automatiquement retirée.

«Il s’agit d’une procédure exceptionnelle, que nous lançons immédiatement à la demande du ministre des Armées. Ces officiers généraux passeront chacun devant un conseil militaire supérieur. A l’issue de cette procédure, c’est le Président de la République qui signe un décret de radiation [removal]», A-t-il dit, détaillant l’action contre les généraux à la retraite.

Ses déclarations font suite aux propos tenus dimanche par la ministre de la Défense Florence Parly, réitérant que “les armées ne sont pas là pour faire campagne mais pour défendre la France” et que l’armée doit suivre les “principes immuables de neutralité et de loyauté”.

La lettre ouverte adressée au président Emmanuel Macron «dénonçant la désintégration qui frappe notre patrie» a été publiée pour la première fois sur le blog Place Armes le 14 avril et republiée dans le magazine de droite Valeurs Actuelles la semaine dernière. Les signataires – 20 généraux à la retraite ainsi que d’autres fonctionnaires de rangs et de dossiers différents dans l’armée, la police et la gendarmerie – ont affirmé que dans les circonstances actuelles, ils ne peuvent rester «indifférents» et «spectateurs passifs» alors que «les périls s’accroissent, la violence augmente de jour en jour. »

Le texte évoque un risque de guerre civile et suggère une intervention de l’armée au niveau national.

Lecointre a déclaré que les armées sont engagées dans des opérations extérieures pour lutter contre des ennemis identifiés comme Daech / ISIS ou dans la gestion de la crise du COVID.

«S’engager sur le territoire national comme mentionné dans le forum n’a aucun sens. Les armées ne sont pas faites pour le maintien de l’ordre », a-t-il déclaré.

Il a souligné que le texte de la lettre était une tentative inacceptable de manipuler l’armée.

Selon lui, si des retraités qui ont une vision décalée de la réalité des engagements militaires veulent s’exprimer, alors ils devraient le faire sans faire valoir leur ancien statut ou grade militaire.

La lettre est une initiative de l’officier de gendarmerie à la retraite Jean-Pierre Fabre-Bernadac. À ce jour, plus de 8 000 anciens militaires ont apposé leur signature sur la lettre.

La lettre a déclenché un tollé politique en France après avoir été approuvée par la chef de l’opposition d’extrême droite Marine Le Pen, qui a invité les militaires à la retraite à se joindre à sa campagne pour l’élection présidentielle de 2022.

Le site Web de l’Agence Anadolu ne contient qu’une partie des reportages proposés aux abonnés dans le système de diffusion de nouvelles AA (HAS), et sous forme résumée. Veuillez nous contacter pour les options d’abonnement.