La France obtient 7 millions de jabs Covid-19 supplémentaires grâce à l’accord Pfizer / BioNTech de l’UE – Yahoo Eurosport

Le programme de vaccination français contre Covid-19 devrait être renforcé par sept millions de doses du vaccin Pfizer / BioNTech après que les chefs de l’Union européenne aient conclu un accord à l’échelle du continent avec les fabricants de médicaments américains et allemands.

L’allocation française fait partie de 50 millions de doses supplémentaires au cours des trois prochains mois pour l’ensemble des 27 membres de l’UE.

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a déclaré que Pfizer / BioNTech avait démontré sa fiabilité.

«Nous devons nous concentrer sur les technologies qui ont fait leurs preuves», a-t-elle déclaré. «Il a tenu ses engagements et il est à l’écoute de nos besoins. C’est dans l’intérêt immédiat des citoyens de l’UE. »

Le ministre français des Affaires européennes, Clément Beaune, a fait écho jeudi aux sentiments de Von der Leyen et a salué l’allocation comme le signe d’une meilleure politique de santé au sein du bloc.

“Il n’y avait pas d’idée européenne de la santé au départ”, a déclaré Beaune à RadioJFrance. “Il n’y avait rien. Nous la construisons dans la crise.”

Cet envoi fera de Pfizer / BioNTech le vaccin le plus utilisé en France avec 90 millions des 150 millions de vaccins commandés.

Le mouvement pour plus de Pfizer / BioNTech intervient alors que l’utilisation du vaccin d’AstraZeneca a été remise en question en raison de cas de caillots sanguins survenant après les vaccinations.

Préoccuper

Mercredi, le Danemark est devenu le premier pays à cesser complètement d’utiliser le vaccin d’AstraZeneca en raison d’un lien potentiel avec une forme rare mais grave de caillot sanguin.

Soren Brostrom, directeur de l’agence de santé danoise, a déclaré que les résultats des enquêtes sur les caillots sanguins associés à AstraZeneca avaient montré des effets secondaires réels et graves.

«Nous avons donc choisi de poursuivre le programme de vaccination pour tous les groupes cibles sans ce vaccin», a ajouté Brostrom.

Astrazeneca a déclaré qu’elle respectait le choix du Danemark et continuerait de lui fournir des données pour éclairer les décisions futures.

«La mise en œuvre et le déploiement du programme de vaccination est une question que chaque pays doit décider, en fonction des conditions locales», a déclaré la société anglo-suédoise.