La France met la région parisienne sous un nouveau verrouillage – Financial Times

Le gouvernement du président Emmanuel Macron a mis Paris et plusieurs autres régions sous strict verrouillage pour la troisième fois, les hôpitaux manquant de lits de soins intensifs pour les patients atteints de Covid-19.

Les nouvelles règles pour 16 départements français représentent un durcissement du couvre-feu de 18h à 6h en place depuis janvier. La plupart des magasins fermeront à l’exception de ceux qui vendent de la nourriture et d’autres produits de première nécessité, les déplacements entre les régions seront interdits, mais les écoles resteront ouvertes – une priorité clé du gouvernement.

«La pandémie s’accélère», a déclaré jeudi le Premier ministre Jean Castex. «La situation s’aggrave et il est de notre responsabilité d’agir pour qu’elle ne devienne pas incontrôlable.»

Les nouvelles règles entreront en vigueur vendredi soir et dureront au moins quatre semaines, a-t-il ajouté. Ils s’appliqueront à environ 20 millions de personnes, non seulement à Paris mais dans une grande partie du nord jusqu’à Calais et Dunkerque, et dans la région côtière sud autour de Nice.

En France, les nouvelles infections quotidiennes sont passées à plus de 30 000 au niveau national ces derniers jours, en hausse de plus de 20% en une semaine pour une incidence de 266 pour 100 000 personnes. C’est pire que les taux quotidiens de nouvelles infections enregistrées dans d’autres pays comme l’Allemagne à 10 000, l’Italie à 22 000, et l’Espagne et le Royaume-Uni à environ 5 000, selon le traqueur Covid du FT.

En région parisienne, le chiffre est passé à 446 pour 100 000 habitants, a précisé le Premier ministre, et 1 200 personnes sont en réanimation, un nombre plus élevé que lors de la deuxième poussée de l’automne.

Castex a promis de laisser aux gens plus de liberté pour mener des activités à l’extérieur dans les parcs et les jardins sans limite de temps quotidienne, contrairement à ce qui se passait lors des verrouillages précédents. Le gouvernement a également fait d’autres petites concessions, telles que le maintien des librairies et des magasins de musique ouverts, des mesures visant à apaiser la population, qui, selon les sondages d’opinion, souffre de taux plus élevés de dépression et d’anxiété.

Le durcissement des règles en région parisienne, qui génère un tiers de l’activité économique du pays et abrite 12 millions d’habitants, est un revers majeur pour le gouvernement. Depuis janvier, Macron a cherché à éviter à tout prix de nouveaux verrouillages, tout en cherchant à vacciner la population.

Alors que certains voisins de la France comme la Grande-Bretagne et l’Allemagne ont recouru à des verrouillages nationaux plus tôt cet hiver pour lutter contre l’émergence de nouvelles variantes du virus, la France avait opté pour un couvre-feu nocturne moins sévère et la fermeture continue des bars, restaurants et lieux de divertissement.

Pour aider les entreprises forcées de fermer à nouveau, le gouvernement s’appuiera sur son programme de congés, ainsi que sur des prêts et des subventions garantis par l’État qui ont été utilisés pour soutenir l’économie depuis le début de la pandémie il y a un an. L’aide économique supplémentaire coûtera 1,2 milliard d’euros supplémentaires par mois, portant le total à plus de 7 milliards d’euros par mois, a déclaré le ministère des Finances.

Les nouvelles restrictions devraient également ralentir le taux de croissance économique de la France de 0,2 point de pourcentage cette année.

Castex a également déclaré que la France recommencerait à vacciner les gens avec le vaccin Oxford-AstraZeneca vendredi après-midi après que le régulateur des médicaments de l’UE eut déclaré qu’il était «sûr et efficace» malgré les rapports de caillots sanguins rares chez certaines personnes qui l’avaient reçu.

Un groupe de conseillers en santé auprès du gouvernement devrait émettre des recommandations vendredi matin sur la nécessité de modifier les informations publiques sur Oxford / AstraZeneca.

Plus d’une douzaine de pays européens, dont la France, avaient suspendu lundi l’utilisation des vaccins pendant que l’EMA étudiait la question.

«Je serai vacciné demain avec le vaccin AstraZeneca pour montrer que nous pouvons tous avoir une confiance totale», a déclaré Castex. «Je ne doute pas que la confiance reviendra dans ce vaccin, même si cela peut prendre un peu de temps.»

Vidéo: Macron dans la course pour vacciner les pays en développement | Entretien avec FT