La France lutte contre une troisième vague d’infections COVID – Voice of America

PARIS – Malgré le déploiement des vaccins COVID-19, la France est à nouveau sous pression pour prendre de nouvelles mesures pour freiner une nouvelle propagation du virus dans le pays.

La situation se dégrade à nouveau rapidement dans la capitale française. Les hôpitaux de la région parisienne sont proches de leurs capacités et les professionnels de santé se précipitent quotidiennement pour trouver des lits pour leurs patients COVID. Lundi, plus de 4 200 patients étaient en réanimation à travers la France.

La troisième vague de la pandémie est une réalité en France et les agents de santé ont évacué des patients atteints de COVID gravement malades vers d’autres régions du pays pour faire face à la pénurie de lits.

Enrique Casalino, directeur médical des Hôpitaux de Paris, le plus grand système de santé d’Europe, décrit la situation épidémique comme se détériorant en région parisienne où toutes les 12 minutes un nouveau patient entre en unité de soins intensifs. Casalino pense que l’évacuation sanitaire vers d’autres régions françaises n’est qu’une solution temporaire qui ne résout pas la crise actuelle. Il dit qu’il n’y a que deux options: une campagne de vaccination rapide et massive pour protéger 70% de la population, ce dont il doute qu’elle soit actuellement réalisable en France. L’autre serait un verrouillage strict pour empêcher le virus de se propager davantage.

En plus d’un retard dans la livraison des vaccins, la France fait partie des pays européens qui suspendent l’utilisation du vaccin AstraZeneca en raison des préoccupations du public concernant les effets secondaires.

Des lock-out ont déjà été imposés dans certains hotspots en France, notamment Dunkerque et Nice, mais pas dans la région de la capitale.

Un couvre-feu nocturne national est en vigueur depuis la fin du mois de janvier et les bars, restaurants, musées et cinémas restent fermés.

Pourtant, un verrouillage général en région parisienne n’a pas été ordonné.

Jerome Béglé, directeur adjoint de Le Point, un hebdomadaire français, voit un verrouillage de la région parisienne comme équivalent à un verrouillage national car cette région est le principal centre économique de la France avec 12 millions de personnes qui y vivent et quelques touristes encore en visite.

L’Italie voisine imposant lundi de nouvelles restrictions, le président français Emmanuel Macron a résisté à l’idée d’un troisième verrouillage national.

Jean Castex, Premier ministre français, a déclaré qu’un verrouillage national serait un dernier recours qui ne peut être exclu en raison de la situation actuelle. Il dit qu’il aimerait en éviter un car cela imposerait un lourd fardeau à la population.

Plus de 90 000 personnes sont décédées à ce jour en France à cause du COVID. Le pays devrait atteindre le cap redouté de 100 000 morts le mois prochain.