La France lance une campagne de vaccination dans la plus grande installation sportive du pays, Sin Paris – Republic TV

Le 6 avril, la France a décidé d’accélérer son déploiement de vaccins en ouvrant des centres de vaccination de masse à travers les pays. Le stade du Stade de France au nord de Paris a été choisi comme lieu de vaccination pour que de plus en plus de personnes puissent se faire vacciner. La décision intervient après la mise en œuvre de nouvelles restrictions à l’échelle nationale dans le pays.

La France accélère le déploiement des vaccins

Le gouvernement français a mis en place une fermeture d’école de trois semaines, une interdiction de voyager à l’intérieur du pays pendant un mois et la fermeture des magasins non essentiels. Le lieu de la victoire de la France à la Coupe du monde de football 1998, le 6 avril, a ouvert 20 cabines de vaccination dans son espace d’accueil. Les organisateurs ont déclaré que les infirmières et les pompiers seraient en mesure d’inoculer 10 000 doses par semaine.

Les personnes de plus de 70 ans se font vacciner en France. Les agents de santé et les personnes souffrant de problèmes de santé peuvent également se faire vacciner. Les gens ont préféré le vaccin Pfizer par rapport au vaccin Moderna, mais le gouvernement a insisté sur le fait que les deux ont le même effet sur les humains. Pendant la journée, un rendez-vous pour aucun des vaccins n’était disponible.

Aurélien Trousseau, le chef de la régie régionale de la santé a déclaré qu’il semblait que les habitants de France et de la région parisienne aient davantage entendu parler du vaccin Pfizer que du vaccin Moderna. Il a dit que comme les gens connaissaient mieux Pfizer, ils ont choisi le vaccin Pfizer. Les autorités sanitaires françaises ont déclaré qu’elles visaient à ouvrir une quarantaine de centres de vaccination de masse dans les prochains jours. Sept hôpitaux militaires ont également ouvert des centres de vaccination le 6 avril, gérés par du personnel militaire et civil, pour inoculer jusqu’à 50 000 doses par semaine, a rapporté l’AP citant le ministère de la Défense. Le ministre de la Santé, Olivier Veran, a averti que le nombre de patients COVID-19 dans les unités de soins intensifs pourrait atteindre le niveau de la première crise il y a un an.

Je pense que les Français et les habitants de la région parisienne en particulier ont plus entendu parler du vaccin Pfizer que du Moderna. Il est toujours plus facile de se tourner vers ce que vous savez mieux pour que les gens choisissent rapidement Pfizer, a-t-il déclaré.

Mais ce sont deux vaccins totalement équivalents. C’est la même technologie, a-t-il ajouté.

(Entrées et images de l’Associated Press)