La France fait face à une possible surabondance de vaccins contre le coronavirus – POLITICO Europe

PARIS – Le ministre français de la Santé a annoncé vendredi que les patients en surpoids et diabétiques seraient éligibles au vaccin contre le coronavirus à partir de samedi, craignant que les stocks de doses ne s’accumulent.

L’apparente inadéquation entre l’offre et la demande a soulevé des questions parmi les responsables locaux et les médecins sur la stratégie de déploiement du gouvernement.

Selon le site Web de suivi COVID populaire Vitémadose, il y a plus de 280 000 rendez-vous de vaccination non réclamés à travers la France. Le gouvernement a contesté le chiffre mais n’a pas encore fourni de corrigé.

La France s’attend à recevoir une livraison supplémentaire de 7,5 millions de doses de Pfizer, portant le nombre total de doses BioNTech / Pfizer attendues en France à 30 millions au cours des deux prochains mois.

Pour gérer l’augmentation des accouchements, la France a ouvert des centres de vaccination à grande échelle à travers le pays appelés vaccinodromes.

Les centres de vaccination de Paris, Cannes et Grenoble ont commencé à offrir des créneaux horaires aux personnes qui ne sont pas officiellement éligibles aux vaccinations. Dans d’autres centres à Paris, Bordeaux et Angers, il y avait des créneaux disponibles dans les prochaines 24 heures qui n’avaient pas été pris.

Cette semaine, le Premier ministre français Jean Castex a défendu la stratégie du gouvernement.

«Il est vrai que nous avons un certain nombre de nominations qui ne sont pas prises, mais les chiffres ne doivent pas être exagérés. [Our strategy] fonctionne, nous ciblons les patients les plus vulnérables et nous avançons vers nos objectifs », a-t-il déclaré aux journalistes mercredi. Selon les chiffres du gouvernement, plus de 4 millions de personnes, qui appartiennent aux catégories les plus vulnérables, n’ont pas encore reçu de coup.

Actuellement, les patients vulnérables souffrant de certaines conditions et les citoyens de plus de 55 ans sont éligibles à la vaccination.

Pendant ce temps, le président Emmanuel Macron a annoncé un calendrier pour la levée de nouvelles restrictions de verrouillage. Les terrasses de cafés, les musées, les cinémas et les magasins non essentiels devraient rouvrir d’ici le 19 mai.

Briser les lignes directrices du gouvernement

La ville de Cannes est l’un des endroits qui a décidé d’aller plus loin que le gouvernement dans la réservation de créneaux de vaccination pour les résidents de plus de 40 ans.

«Nous n’avons personne de plus de 50 ans sur nos listes d’attente qui souhaite se faire vacciner», déclare Karin Topin-Condomitti, fonctionnaire à la mairie de Cannes.

«Nous ne brisons pas la stratégie de vaccination du gouvernement, car nous offrons des vaccins aux plus âgés en premier, nous sommes juste un peu en avance sur tout le monde.»

En Corse, certaines villes ont commencé à proposer des jabs aux personnes de plus de 18 ans, et en Seine-Saint-Denis, au nord de Paris, certains créneaux sont réservés aux travailleurs clés de moins de 55 ans.

Dans d’autres régions, les autorités locales ont appelé le gouvernement à ouvrir le programme pour stimuler la demande.

Un employé de bureau travaillant dans un grand centre de vaccination de la ville d’Angers a déclaré que 4 500 créneaux restaient non réclamés pour la semaine prochaine.

«Notre demande d’offrir des vaccinations plus largement a été rejetée», a-t-il déclaré, s’exprimant sous couvert d’anonymat car il n’est pas un porte-parole. «On ne peut pas suivre l’exemple de Cannes [and break the rules] parce que nous sommes directement supervisés par le ministère de la santé. »

Le gouvernement a déclaré que les problèmes sont localisés et que des dizaines de milliers de rendez-vous non réclamés sont exagérés.

«Il est normal que vous voyiez beaucoup de rendez-vous. Les centres de vaccination ouvrent des créneaux car nous nous attendons à de grosses livraisons de vaccins Pfizer », a déclaré un responsable du ministère de la Santé. «Ce qui compte, c’est de savoir si les rendez-vous restent ouverts.»

Jeudi, la France a atteint un record de 550 000 vaccinations au cours des dernières 24 heures.

AstraZeneca, je t’aime, moi non plus

L’arrivée de livraisons importantes de Pfizer a fait craindre qu’il ne soit plus difficile d’épuiser les stocks de vaccin Oxford / AstraZeneca. Le produit anglo-suédois souffre non seulement d’un problème d’image en France mais est également interdit aux moins de 55 ans en raison de préoccupations concernant de rares incidents de coagulation sanguine dangereuse.

Actuellement, un quart des actions d’AstraZeneca reste inutilisé en France, un chiffre qui pourrait augmenter à mesure que davantage de jabs Pfizer deviendront disponibles.

Vendredi, le ministre de la Santé Olivier Véran a déclaré avoir demandé au chien de garde français d’examiner s’il serait possible de proposer le vaccin Oxford / AstraZeneca aux moins de 55 ans. Les volontaires pour le vaccin seraient tenus de signer un formulaire de libération.

Patrick Vogt, médecin généraliste de la ville de Mulhouse, a déclaré qu’il souhaitait désespérément que le gouvernement modifie ses recommandations après avoir été contraint de jeter des doses d’AstraZeneca la semaine dernière.

«J’ai réussi à vacciner 6 patients en 3 jours. Les autres ont dit qu’ils ne voulaient pas ou ne voulaient pas attendre un autre vaccin », a déclaré le Dr Vogt. «Donc mes flacons étaient périmés, j’ai dû les jeter.»

Après avoir publié une vidéo de lui-même jetant des doses à la poubelle, le Dr Vogt a reçu des dizaines d’appels de volontaires dans la quarantaine qui voulaient se faire vacciner – des personnes qu’il n’est pas autorisé à vacciner.

«Je suis en colère et découragé», a déclaré le Dr Vogt. «Nous devons accélérer le rythme des vaccinations car c’est la seule chose qui nous protège du développement de nouvelles variantes.»

Environ 22% de la population française a reçu au moins une dose de vaccin, un chiffre qui est toujours en retard par rapport à l’Allemagne, au Royaume-Uni et à la Belgique, selon le suivi de la vaccination POLITICO.

Cet article fait partie de POLITICOService de police premium de: Pro Health Care. Qu’il s’agisse de prix des médicaments, d’EMA, de vaccins, de produits pharmaceutiques et plus encore, nos journalistes spécialisés vous tiennent au courant des sujets qui régissent l’agenda de la politique de santé. E-mail [email protected] pour un essai gratuit.