La France et l’Espagne accélèrent la vaccination contre le COVID-19 alors que les cas augmentent – Saudi Gazette

BRUXELLES – La France et l’Espagne ont intensifié mardi leurs campagnes de vaccination alors que le nombre d’infections continue d’augmenter.

Le stade du Stade de France a été transformé mardi en centre de vaccination de masse où les organisateurs affirment que les infirmières et les pompiers devraient pouvoir administrer 10 000 doses par semaine.

Aurélien Trousseau, le chef de la Régie régionale de la santé a déclaré: “Notre objectif est simple: … chaque dose doit être injectée pour ne pas en perdre.”

Sept hôpitaux militaires ont également ouvert mardi des centres de vaccination, composés à la fois de militaires et de civils. Ensemble, ils devraient administrer jusqu’à 50 000 doses par semaine, a déclaré le ministère de la Défense.

Les autorités sanitaires françaises ont déclaré qu’elles visaient à ouvrir une quarantaine de centres de vaccination de masse dans les prochains jours, en plus des vaccins administrés dans les petits centres, les cabinets de médecins et les pharmacies.

Les vaccins en France sont actuellement réservés aux personnes âgées de 70 ans et plus, en plus des personnes souffrant de graves problèmes de santé et des agents de santé.

Plus de 9,2 millions de doses des différents vaccins COVID-19 avaient été administrées dans toute la France dimanche soir avec 3,1 millions de personnes désormais entièrement vaccinées.

Cela survient un jour après l’entrée en vigueur d’un nouveau verrouillage dans tout le pays, y compris la fermeture d’écoles et de tous les magasins non essentiels.

Les nouvelles restrictions ont été annoncées la semaine dernière par le président Emmanuel Macron pour faire face à une flambée d’infections imputées à la propagation de la variante détectée pour la première fois en Angleterre.

Le ministre de la Santé, Olivier Veran, a averti lundi que le nombre de patients COVID-19 dans les unités de soins intensifs pourrait atteindre le niveau de la première crise il y a un an.

Lundi, les unités de soins intensifs françaises accueillaient 5 433 patients infectés par le virus. En avril 2020, le nombre a atteint plus de 7000, dont beaucoup dans des installations temporaires.

La France a signalé l’un des plus hauts taux de mortalité dus au virus au monde, à 96 875.

De l’autre côté de la frontière, les autorités prévoient également d’accélérer la campagne de vaccination.

Le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a déclaré lors d’une conférence de presse que “la priorité est plus que jamais de vacciner sans répit”.

“Vacciner, vacciner et vacciner”, a-t-il dit, ajoutant qu’une forte augmentation des accouchements au cours des prochains mois devrait permettre à 70 pour cent de la population adulte du pays d’être vaccinée d’ici la fin du mois d’août.

Quelque 38 millions de doses seront délivrées entre avril et juin, soit plus de trois fois la quantité délivrée au cours des trois premiers mois de l’année. Au total, le pays s’attend à avoir reçu 87 millions de doses supplémentaires d’ici septembre.

“Quiconque veut un vaccin pourra en obtenir un”, a déclaré Sánchez.

Pour accélérer le déploiement, certaines villes ouvrent des centres de vaccination de masse. Le système de santé espagnol a la capacité de vacciner 3,5 millions de personnes par semaine, selon Sánchez.

Les nouvelles infections au COVID-19 en Espagne ont légèrement augmenté ces dernières semaines. L’incidence cumulée sur 14 jours – une mesure clé de la contagion – est passée mardi à 164 cas pour 100 000 personnes, contre 147 une semaine plus tôt.

Le nombre de morts du COVID-19 en Espagne s’élève actuellement à un peu moins de 76000 – le cinquième le plus élevé d’Europe après le Royaume-Uni, l’Italie, la France et l’Allemagne.

Protestation italienne

Parallèlement, dans la capitale italienne, plusieurs centaines de propriétaires de restaurants et de petites entreprises ont protesté mardi contre les fermetures et les mesures restrictives imposées par le gouvernement.

Les restaurants, gymnases et autres entreprises ont été fermés ou autorisés à une activité limitée alors que l’Italie se bat pour contenir la troisième vague de la pandémie.

Les propriétaires d’entreprise qui ont perdu une partie de leurs revenus à la suite des fermetures reçoivent une compensation du gouvernement, bien que beaucoup disent que ce n’est pas suffisant.

Le propriétaire du restaurant Hermes Ferrari a déclaré qu’il avait défié les règles pour gagner sa vie et a exhorté les autres à faire de même.

“Donc à partir de demain, vous devez suivre mon exemple, vous devez ouvrir parce que personne ne peut vous dire de fermer”, a-t-il dit.

Maurizio Pinto, propriétaire d’un magasin, a déclaré: “il n’est absolument plus possible de voler la liberté et le travail aux gens”.

L’Italie est le pays le plus durement touché de l’UE avec plus de 111 000 victimes de la pandémie. – Euronews