La France devient une zone à forte incidence : le passage de la frontière n’est possible qu’avec un test négatif – Deutsches Ärzteblatt : Nouvelles de la politique de santé et de la médecine

/picture alliance, TT NEWS AGENCY

Berlin – De nouvelles règles devraient s’appliquer aux voyages de la France vers l’Allemagne à partir de lundi : Le gouvernement allemand veut classer complètement le pays voisin comme zone à haute incidence de corona. Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a confirmé aujourd’hui des informations provenant des milieux gouvernementaux berlinois. Jusqu’à nouvel ordre, la frontière ne pourra alors être franchie qu’en présence d’un test corona négatif ne datant pas de plus de 48 heures.

Le nouveau règlement doit entrer en vigueur dans la nuit de lundi à mardi. La raison de cette décision, a-t-il dit, est que l’incidence de sept jours en France était bien supérieure au seuil de 200. Selon les autorités sanitaires françaises, il atteignait récemment 325, soit la moyenne pour l’ensemble du pays.

Il devrait y avoir une exception pour les navetteurs : ils ne devraient être testés que deux fois par semaine, a-t-on dit à Berlin. À cette fin, des stations de test devraient être installées près de la frontière, si nécessaire. Des règles plus strictes s’appliqueront notamment aux navetteurs en Alsace. Jusqu’à présent, ils pouvaient entrer dans le pays pendant 24 heures sans avoir à subir de test.

Pour le district administratif français de Moselle, à la frontière avec la Sarre et la Rhénanie-Palatinat, l’Allemagne avait déjà renforcé les règles d’entrée début mars, car la variante corona sud-africaine y sévit. Elle est donc considérée comme une zone à virus variable. Toutes les autres parties du pays ont jusqu’à présent été classées comme zones à risque corona.

Le ministre français des affaires étrangères, M. Le Drian, a expliqué la nouvelle décision sur la station de radio France Info Avec une “explosion de la pandémie en Allemagne”. Il a confirmé les informations en provenance de Berlin selon lesquelles il n’y aura que des “contrôles aléatoires”. Le contrôle de la négativité du test d’un frontalier ne doit pas se faire directement à la frontière, mais dans l’arrière-pays, selon le principe de Schleierfahndung. La question de savoir si un test PCR est obligatoire ou si un test rapide est suffisant est restée ouverte dans un premier temps.

Berlin a déclaré que le gouvernement français était informé de la décision imminente depuis plusieurs jours. Le classement de la France devrait être annoncé publiquement par l’Institut Robert Koch vendredi soir au plus tard. Il n’en est plus question : “La décision a été prise”, peut-on lire.

Actuellement, plus de 30 États sont classés comme zones à forte incidence. En Europe, il s’agit notamment de la Pologne, de la Suède, de la Slovénie, de la Hongrie et de Malte. © afp/aerzteblatt.de