La France demande le feu vert de l’UE pour plus d’aide Air France – Mint

L’accord fait suite à des semaines de négociations avec l’exécutif de l’UE, qui doit garantir que les aides d’État ne donnent pas aux entreprises un avantage indu.

“Nous avons un accord-cadre avec la commissaire européenne Margrethe Vestager sur une nouvelle aide financière à Air France”, a déclaré le ministre des Finances Bruno Le Maire dans l’émission politique RTL / LCI / Le Figaro “Le Grand Jury”.

Air France, dont le gouvernement français détient 14,3%, devra renoncer à «un certain nombre» de créneaux horaires à Orly, deuxième aéroport de Paris après Charles de Gaulle, en échange du feu vert de Bruxelles, a indiqué Le Maire.

– Négociations “ difficiles ” –

Air France a enregistré une perte de 7,1 milliards d’euros (8,4 milliards de dollars) en 2020, car son activité, comme celle du reste des compagnies aériennes du monde, souffrait de restrictions qui ont pratiquement anéanti le trafic aérien mondial.

Le Maire ne serait pas tiré sur le montant des nouveaux fonds à donner à Air France, affirmant que cela faisait partie des discussions à tenir avec la compagnie aérienne, dont le conseil d’administration doit voter sur l’accord et doit se réunir lundi.

Le Maire a déclaré que l’accord avec la Commission était “une très bonne nouvelle pour Air France et pour l’ensemble du secteur aéronautique français”, ajoutant que les négociations avaient été “dures”.

Le ministre a refusé de dire combien de créneaux horaires à Orly Air France devrait abandonner, mais a déclaré que ce serait moins que les 24 que la Commission avait initialement demandés.

Le gouvernement français a déjà donné «beaucoup d’aide» à Air France pour traverser la crise Covid avec une somme initiale de 7,0 milliards d’euros et «ne signerait pas de chèque en blanc» cette fois-ci, a déclaré Le Maire.

– ‘Stratégique’ –

“Il y a des dizaines de milliers d’emplois en jeu. Air France est stratégique pour notre pays”, a-t-il déclaré.

Mais le transporteur doit devenir plus compétitif et continuer à réduire les émissions de CO2, a-t-il déclaré.

“Le contribuable fait un effort, et Air France doit aussi faire un effort”, a ajouté Le Maire.

Un porte-parole de la Commission européenne a déclaré dimanche à l’AFP que l’exécutif était en contact avec le gouvernement français mais ne pouvait pas “prédire le moment ou l’issue de ces contacts”.

Selon les règles de l’UE, a déclaré le porte-parole, tout gouvernement accordant une aide de plus de 250 millions d’euros à une entreprise ayant un “pouvoir de marché significatif” devait proposer des mesures supplémentaires pour sauvegarder la concurrence.

Tout nouveau capital d’Air France sera scruté non seulement par l’UE, mais aussi par les concurrents du transporteur qui veulent s’assurer que les règles du jeu restent équitables.

– Ryanair regarde –

La compagnie aérienne rivale Ryanair, dont la critique de l’aide aux compagnies aériennes traditionnelles trouve souvent une oreille attentive à la Commission européenne, a fustigé les précédentes aides d’État françaises à Air France, affirmant qu’elles faussent la concurrence.

Ryanair a longtemps dénoncé le soutien apporté aux champions nationaux et est souvent soutenu par la Commission européenne.

Bien que la compagnie aérienne irlandaise ait perdu son action en justice contre les aides d’État pour le transporteur français – ainsi que pour le transporteur SAS scandinave -, elle a fait valoir que toute aide supplémentaire devrait être subordonnée à la cession par Air France de la capacité aéroportuaire.

Ryanair – la plus grande compagnie aérienne d’Europe en termes d’achalandage – cherche également à annuler le sauvetage massif de Lufthansa par l’Allemagne devant les tribunaux de l’UE ainsi que des projets en Espagne, aux Pays-Bas, au Danemark et au Portugal.

Le plan Air France intervient alors que la France fait face à une augmentation des déficits et de la dette en raison d’un rebond économique plus faible qu’espéré.

– La croissance s’affaiblit –

Le déficit annuel, qui s’est aggravé alors que le gouvernement du président Emmanuel Macron tente de soutenir l’économie en difficulté avec des dépenses massives, devrait désormais atteindre 9% du produit intérieur brut (PIB) en 2021, a déclaré Le Maire.

Cela se compare à une estimation de 8,5% incluse dans le plan budgétaire du gouvernement pour 2021 et à une limite de déficit de 3% que les membres de l’UE doivent généralement respecter mais ont balayé de côté lorsqu’ils traitent avec Covid.

La croissance économique devrait maintenant atteindre 5,0% cette année et non 6,0 comme prévu plus tôt, a-t-il déclaré.

La semaine dernière, le gouvernement a étendu les restrictions de Covid à l’ensemble du pays et a déclaré qu’elles resteraient en place pendant au moins un mois alors que la France subit une troisième vague de pandémie qui a vu le nombre de nouveaux cas augmenter quotidiennement à 40000, soit environ le double de leur niveau il y a un mois. .

Cette histoire a été publiée à partir d’un fil d’agence sans modification du texte.

S’abonner à Bulletins de la menthe

* Entrer un email valide

* Merci de vous être inscrit à notre newsletter.