La France demande à la police d’interdire les manifestations pro-palestiniennes à Paris – Al Jazeera French

Le ministre français de l’Intérieur a demandé à la police d’interdire une manifestation pro-palestinienne à Paris ce week-end contre la récente escalade des raids aériens israéliens dans le territoire palestinien assiégé de Gaza et la répression à Jérusalem-Est et en Cisjordanie occupées.

«J’ai demandé au chef de la police parisienne d’interdire samedi les manifestations liées aux récentes tensions au Moyen-Orient», a écrit jeudi sur Twitter Gérald Darmanin, le ministre français de l’Intérieur.

«De graves troubles de l’ordre public ont été constatés en 2014», a-t-il dit, faisant référence aux manifestations contre une offensive israélienne sur Gaza cette année-là.

«Des instructions ont été données aux préfets pour qu’ils soient particulièrement vigilants et fermes», a-t-il ajouté.

Des militants avaient appelé la manifestation dans le quartier de Barbes, au nord de Paris, pour manifester contre l’intensification des bombardements aériens par Israël sur la bande de Gaza.

Plus de 100 personnes ont été tuées à Gaza depuis lundi, dont 27 enfants, selon les autorités sanitaires de l’enclave, et plus de 580 autres blessées après de violentes attaques israéliennes.

Au moins six Israéliens et un ressortissant indien ont été tués en Israël à la suite d’attaques à la roquette du Hamas, l’entité politique au pouvoir à Gaza.

L’escalade de la violence est intervenue après des semaines de tensions à Jérusalem-Est occupée au sujet d’une décision de justice prévue sur l’expulsion forcée de plusieurs familles palestiniennes de leurs maisons dans le quartier de Sheikh Jarrah.

Dans une circulaire vue par l’agence de presse AFP, Darmanin a également exhorté les chefs de police locaux à assurer la «protection des lieux de culte, des écoles, des centres culturels et des commerces de la communauté juive».

Plusieurs manifestations ont eu lieu en France en juillet 2014 pour dénoncer une offensive israélienne sur la bande de Gaza.

Le 19 juillet 2014, plusieurs milliers de manifestants ont défié l’interdiction d’une manifestation à Barbès et le rassemblement a rapidement dégénéré en violence qui a duré des heures.

“ Démontrer est un droit ”

L’annonce de Darmanin a été critiquée par des militants et des politiciens qui ont déclaré qu’il n’y avait aucune raison d’annuler les manifestations.

«Démontrer est un droit dont vous devriez être le garant», a déclaré la députée française Elsa Faucillon dans un tweet en réponse à Darmanin.

«Et dans ce cas, vu le silence de notre pays sur les raisons des attentats, cela me semble même un devoir!»

Sihame Assbague, journaliste basée à Paris, a déclaré que la décision de Darmanin d’interdire les manifestations pro-palestiniennes était due à deux raisons, dont “la solidarité coloniale française avec les forces d’occupation israéliennes”.

«Vous ne soutenez pas les mobilisations politiques anticoloniales», a-t-elle ajouté.

Le chef du Comité pour la justice et les libertés, Yasser Louati, a déclaré à Al Jazeera de Paris: [French President Emmanuel] Macron et Darmanin l’aiment ou pas ».

«Les Palestiniens ont le droit d’exister et de se défendre. S’ils peuvent résister aux bombes et au nettoyage ethnique, nous pouvons soutenir les gaz lacrymogènes et les arrêter », a déclaré Louati, qui est également l’animateur du podcast Le Breakdown.

Le président du groupe de solidarité arrêté

Mercredi, les autorités françaises ont arrêté le président du groupe de solidarité palestinien Association France-Palestine Solidarité (AFPS), qui envisageait d’organiser un rassemblement pacifique à Paris.

Bertrand Heilbronn a été arrêté après avoir assisté à une réunion au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Il était accompagné de parlementaires et de représentants syndicaux, selon un communiqué de l’AFPS.

Le groupe de solidarité avait appelé à une manifestation mercredi en soutien aux Palestiniens.

Jeudi, l’AFPS a annoncé que Heilbronn avait été libéré.