La France convoque l’ambassadeur de Chine pour des tweets “inacceptables” – FRANCE 24 Francais

Publié le :

La France a convoqué mardi l’ambassadeur de Chine pour la deuxième fois en deux jours en raison d’un comportement “inacceptable” après qu’il a posté une série de tweets visant les législateurs français et un chercheur. L’ambassadeur Lu Shaye a été convoqué au ministère des affaires étrangères “pour lui faire part de tous les griefs que nous avons”, a déclaré un responsable du ministère, qui a demandé à ne pas être identifié par son nom.

Le directeur Asie du ministère, Bertrand Lortholary, a informé l’ambassadeur Lu que “les méthodes de l’ambassade, et le ton de ses commentaires publics, étaient totalement inacceptables et dépassaient toutes les limites communément acceptées par n’importe quelle ambassade dans le monde”, a déclaré le fonctionnaire.

La convocation a été émise lundi à la suite d'”insultes et de menaces” proférées par M. Lu, alors que la Chine réagissait furieusement aux nouvelles sanctions occidentales concernant des violations des droits et une répression contre une minorité musulmane ouïgoure qu’elle accuse d’extrémisme religieux.

Mais, en violation du protocole diplomatique habituel, il a fallu un certain temps à Lu pour se conformer à la demande de se présenter au ministère.

Le ministre de l’Europe, Clément Beaune, a déclaré plus tôt dans la journée de mardi que M. Lu avait snobé la demande initiale d’entretien, l’ambassade de Chine à Paris invoquant des “problèmes de calendrier” dans un message sur Twitter.

“Ni la France ni l’Europe ne sont un paillasson”, a prévenu Beaune sur la radio France Info. “Quand on est convoqué en tant qu’ambassadeur, on rend une visite au ministère des Affaires étrangères”.

Lu avait déjà été convoqué par le ministère des affaires étrangères en avril dernier suite à des posts et des tweets de l’ambassade défendant la réponse de Pékin à la pandémie de Covid-19 et critiquant la gestion de celle-ci par l’Occident.

Tweets condamnant les sanctions occidentales contre la Chine, qualifiant de “mensonges et de désinformation” les informations faisant état de violations des droits de l’homme à l’encontre des Ouïghours au Xinjiang. © Capture d’écran Twitter

Connu pour ses commentaires agressifs et francs sur le compte Twitter de l’ambassade, M. Lu s’en est pris récemment à plusieurs personnes, dont Antoine Bondaz, spécialiste de la Chine au sein du think tank Foundation for Strategic Research.

Dès vendredi, il a qualifié Bondaz de “voyou à la petite semaine”, de “hyène folle“et un “troll idéologique” avec une position “anti-chinoise” après que Bondaz se soit plaint de la pression chinoise sur les législateurs français espérant visiter Taïwan.

Lu s’en est également pris aux législateurs français qui envisagent de se rendre à Taïwan.

“En ciblant les législateurs, l’ambassadeur lui-même a méconnu le principe fondamental de la séparation des pouvoirs, et il a été invité à l’observer plus strictement à l’avenir”, a déclaré le fonctionnaire du ministère.

Les groupes de défense des droits estiment qu’au moins un million de Ouïgours et d’autres minorités majoritairement musulmanes ont été incarcérés dans des camps dans la région du nord-ouest, où la Chine est également accusée de stériliser des femmes de force et d’imposer le travail forcé.

Pékin a répondu en interdisant l’entrée sur son territoire à 10 Européens. dont cinq membres du Parlement européen ainsi que deux organes de l’UE et deux groupes de réflexion.

(FRANCE 24 avec AFP)