La France approuve l’utilisation du vaccin AstraZeneca Covid-19 uniquement pour les plus de 55 ans – The Irish Times

Le régulateur médical français a approuvé la reprise de l’utilisation du vaccin Covid-19 d’AstraZeneca vendredi, mais a déclaré qu’il ne devrait être administré qu’aux personnes âgées de 55 ans et plus.

La restriction rompt avec les directives du chien de garde européen selon lesquelles le vaccin est sans danger pour tous les groupes d’âge, et intervient quelques semaines seulement après que Paris a initialement déclaré que le vaccin anglo-suédois ne devrait être utilisé que sur les personnes de moins de 65 ans.

L’Agence européenne des médicaments (EMA) a déclaré jeudi qu’elle était convaincue que les avantages du vaccin AstraZeneca l’emportaient sur les risques après des rapports de rares cas de coagulation sanguine.

La recommandation de l’Autorité nationale de la santé (HAS) reflétait des signes que la coagulation touchait surtout les personnes plus jeunes, dont le risque de mourir de Covid-19 était plus faible que les personnes âgées.

“Au vu des données fournies par l’EMA, la HAS estime que la vaccination avec le vaccin AstraZeneca peut reprendre immédiatement”, a déclaré le régulateur français dans un communiqué.

«Cependant, l’EMA a identifié une possible augmentation du risque de (thrombose) chez les personnes de moins de 55 ans. La HAS recommande d’utiliser le vaccin AstraZeneca à ce stade uniquement pour les personnes âgées de 55 ans et plus, qui représentent la majorité des personnes prioritaires.

Un examen de l’EMA portant sur 20 millions de personnes au Royaume-Uni et dans l’Espace économique européen, qui relie 30 pays européens, a inclus sept cas de caillots sanguins dans plusieurs vaisseaux sanguins et 18 cas d’une maladie rare difficile à traiter appelée thrombose du sinus veineux cérébral. .

La France était l’un des plus d’une douzaine d’États de l’Union européenne à avoir suspendu l’utilisation du vaccin anglo-suédois cette semaine.

La France a jusqu’à présent délivré 5,7 millions de premières doses, soit environ 8% de la population.

Jeudi, le Premier ministre français a imposé un verrouillage d’un mois à Paris et dans certaines parties du nord après un déploiement hésitant du vaccin et la propagation de variantes de coronavirus très contagieuses ont forcé le président Emmanuel Macron à changer de cap.

Depuis fin janvier, lorsqu’il a défié les appels des scientifiques et de certains membres de son gouvernement à verrouiller le pays, M. Macron a déclaré qu’il ferait tout ce qu’il fallait pour maintenir l’économie aussi ouverte que possible.

Cependant, cette semaine, il a manqué d’options alors que la France et d’autres pays européens ont suspendu l’utilisation du vaccin AstraZenca.

La diffusion rapide de la variante d’abord détectée en Grande-Bretagne, qui représente désormais les trois quarts de tous les cas en France, a rempli les services de réanimation, notamment en région parisienne où le taux d’incidence dépasse les 400 pour 100 000 habitants.

Le Premier ministre Jean Castex a déclaré lors d’une conférence de presse que la France était désormais sous l’emprise d’une troisième vague. «Le moment est venu d’aller plus loin», a-t-il déclaré.

Le lock-out débutera à partir de vendredi à minuit sur les 16 départements les plus touchés de la région parisienne, du nord des Hauts-de-France, de la Seine et Marne et de la zone sud des Alpes-Maritimes.

Les écoles resteront ouvertes et les gens seront autorisés à faire de l’exercice à l’extérieur dans un rayon de 10 km de leur domicile. Les personnes vivant dans ces régions ne seront pas autorisées à se rendre dans d’autres régions de la France sans raison impérieuse.

Les magasins vendant des produits de première nécessité et les librairies resteront ouverts.

M. Macron s’est arrêté avant d’ordonner un verrouillage national, bien que la région parisienne abrite près d’un cinquième de la population et représente un tiers de l’activité économique. –Reuters