La décision de l’EMA et des États-Unis est toujours ouverte: la France utilise Johnson & Johnson – News 24

La décision de l’EMA et des États-Unis est toujours ouverte


La France utilise Johnson & Johnson

On ne sait toujours pas si le vaccin corona de Johnson & Johnson provoque des caillots sanguins dangereux dans de rares cas. L’Agence européenne des médicaments veut présenter son rapport la semaine prochaine, et les autorités américaines ont également besoin de temps. Beaucoup d’Etats de l’UE attendent donc, la France prend un risque.

La France s’en tient à la vaccination avec la préparation du fabricant Johnson & Johnson. Comme prévu, les personnes de plus de 55 ans seraient vaccinées, a déclaré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal à l’issue d’une réunion du cabinet à Paris. Un premier accouchement avec environ 200 000 doses de vaccination est déjà arrivé dans le pays.

D’autres pays de l’UE tels que l’Italie, les Pays-Bas, la Suède et le Danemark n’utiliseront pas le remède pour le moment. Ils souhaitent attendre l’avis final de l’Agence européenne des médicaments (EMA) avant de poursuivre leurs campagnes de vaccination. Le ministère fédéral de la Santé ne s’est pas encore positionné sur la question.

La société pharmaceutique américaine a annoncé mardi qu’elle retardait le lancement de son vaccin en Europe. Des rapports de thrombose de la veine sinusale ont été reçus et une décision a été prise de retarder le traitement. Le groupe est en contact étroit avec les autorités sanitaires compétentes. Il recommande de ne pas utiliser de bidons déjà livrés pour le moment.

Les USA décideront la semaine prochaine au plus tôt

L’EMA prévoit de rendre son avis sur les thromboses prétendument causées par l’agent Johnson & Johnson la semaine prochaine. L’examen sera accéléré, a indiqué l’autorité d’Amsterdam. Jusqu’à ce que la décision soit prise, le vaccin peut continuer à être utilisé sans restrictions. À l’instar des fonds Astrazeneca, l’EMA déclare que les «avantages du vaccin pour prévenir Covid-19» devraient être évalués plus haut que les risques d’effets secondaires.

L’EMA a annoncé la semaine dernière qu’elle enquêtait sur de très rares cas de caillots sanguins dans les veines cérébrales après des vaccinations avec le médicament de Johnson & Johnson. Jusqu’à présent, elle a connaissance de six cas. Tout s’est produit aux États-Unis, où environ 6,8 millions de personnes ont déjà été vaccinées avec le vaccin. Les autorités américaines ont suspendu l’utilisation mardi jusqu’à ce qu’une connexion soit clarifiée. Le vaccin est approuvé dans l’UE, mais la première livraison n’est arrivée que cette semaine.

L’autorité américaine responsable s’attend également à ce que la pause dure au moins une semaine. Le Comité consultatif sur les pratiques de vaccination (ACIP) a reporté mercredi son vote sur la manière de procéder avec le vaccin. Il n’y a pas suffisamment d’informations sur le risque de ces effets secondaires inhabituels, a-t-il déclaré. Il n’a donc pas encore été décidé si les vaccinations avec le produit Johnson & Johnson devaient être poursuivies, interrompues ou recommandées uniquement pour certains groupes de population. L’ACIP prévoit de se réunir dans une semaine ou deux pour discuter à nouveau de la question.