KIABI: la promesse du développement durable – Ragusa

“Tout est plein d’amour” cantava Bjork, “La vie est pleine de couleurs” è come la vede KIABI. La marque française de «mode low-cost pour toute la famille» a lancé un nouvelles capsules “vert”, produit avec coton issu de l’agriculture biologique. Les couleurs pastel et les personnages Disney colorent les hauts, les shorts et les sacs à provisions avec la nature insouciante d’un futur possible. La collection s’inscrit dans un projet ambitieux et certainement intéressant pour une marque de fast fashion: produire des vêtements et accessoires fabriqués exclusivement à partir de matériaux durables d’ici 2025.

La fast fashion peut-elle être vertueuse? C’est la question qui se pose KIABI HUMAN, le cœur responsable de la marque, qui est à l’écoute des demandes des collaborateurs et des collaborateurs, et signe en 2020 un nouveau document de responsabilité sociale d’entreprise, se fixer des objectifs pour participer activement transformation durable.


“La vie est pleine de couleurs”, collection capsule de KIABI

Le changement vient avec l’action, mais aussi avec un arrêt et une réflexion sérieuse. Les consommateurs commencent à exiger ce changement: la transparence est la clé de la crédibilité d’une marque, le sérieux une exigence essentielle. Les désagréments causés par l’urgence sanitaire ont contribué à responsabiliser de nombreuses entreprises de mode, obligées de réfléchir des formules commerciales alternatives, forcément plus éthiques.

KIABI participe sérieusement à contribuer au développement durable du secteur. Il passe en revue le modèle d’organisation, en commençant par chaîne de production, sur lequel intervient à la première personne sélectionner uniquement les fournisseurs et les établissements qui respectent i droits des travailleurs, garantie conditions de travail équitables et prouver sensibilité à l’environnement.

Des interventions actives dans le processus de fabrication, dans le circuit logistique et dans le réseau de distribution ont conduit à la production de 1 million de vêtements d’extérieur en polyester recyclés à partir de bouteilles en plastique usagées, 2,5 millions de jeans traités avec la méthode eco-wash, 37 millions de t-shirts e 2,8 millions de bodys pour bébés en fibres de coton issues de l’agriculture biologique intégrée.

En Italie, un test est en cours pour entrer dans le “coin d’occasion“, bientôt également disponible sur le Web, déjà présent dans les magasins de Cormontreuil et Mérignac, où le personnel peut également intervenir sur les vêtements ne voulaient plus les personnaliser et prolonger leur vie. le Projet “Second Hand”permet aux clients de revendre n’importe quelle marque de vêtements et acheter des vêtements en ligne d’occasion. Face au problème des invendus et des restes de tissus, KIABI répond avec propositions vertueuses spécifications d’un motif circulaire, qui ne conçoit pas un produit comme fini, mais en évolution continue.

À un moment où la durabilité est à la mode et le greenwashing est un danger même pour un consommateur attentif, c’est juste être transparent et sincère sur les actions promues pour le développement durable, ainsi que sur les erreurs commises. Reconnaître un manque est la première étape nécessaire pour le changement que nous souhaitons.