Investissements et politiques de développement dans le Sud. Molise lors de la rencontre avec le ministre Carfagna – Il Quotidiano del Molse

Outre l’honorable Annaelsa Tartaglione, coordinatrice régionale de Forza Italia, présente à la réunion – qui s’est tenue vendredi à Rome avec la ministre du Sud Mara Carfagna – également le gouverneur Donato Toma, le conseiller régional Nicola Cavaliere, le président de la province de Campobasso et maire de Termoli Francesco Roberti, le conseiller régional Armandino D’Egidio et le chef de Forza Italia dans la municipalité d’Isernia Raimondo Fabrizio.

«Ce fut une rencontre positive et fructueuse, le Sud et notre région – commente M. Tartaglione – peuvent vraiment relancer avec un ‘Quota Sud’ de 40% du PNRR (Plan National de Relance et de Résilience). On a donc parlé d’investissements et de politiques de développement, mais aussi de la nécessité de surmonter bientôt ce moment délicat. Il y a plusieurs postes de dépenses à partir desquels tirer les ressources à allouer au Molise, pour permettre à nos terres de combler le déficit infrastructurel. Nous avons illustré nos prérogatives: des zones intérieures aux côtes, jusqu’aux Zes. C’est une occasion à ne pas manquer pour notre région, qui a aujourd’hui un dialogue direct avec le gouvernement. En attendant, l’objectif premier, pour relancer l’économie et le développement des territoires, est de revenir bientôt à la normale “

“Et l’exécutif – ajoute-t-il – fait preuve d’un changement de rythme et a accepté les demandes de FI. Les premières réouvertures de bars, restaurants et activités sportives de plein air sont prévues le 26 avril. Un nouveau point de départ, dans le respect des règles anti Covid, qui représente l’espoir pour chacun d’un retour progressif et juste à la vie comme toujours ».

Les membres de la délégation du Molise bleu ont été satisfaits de la réunion: le gouverneur Toma a attiré l’attention du ministre sur la nécessité de relier tout le Molise par la création d’un “ quatre voies ”, a manifestement confronté le commissaire Cavalière sur les questions agricoles, soulignant comment le secteur se développe dans les régions du sud – grâce surtout à la dynamique d’innovation des nouvelles générations – et pour cette raison, il mérite plus d’attention et de ressources que par le passé. Dans le détail, le représentant du conseil régional a alors considéré une intervention structurelle et une réforme des consortiums de valorisation comme fondamentale, tout d’abord pour surmonter le problème des réseaux d’eau obsolètes et lutter efficacement contre le gaspillage de l’eau, ressource qui n’est que trop précieux aujourd’hui. Le président Roberti, pour sa part, a proposé des interventions infrastructurelles dans la région de la vallée du Biferno, pour permettre le réaménagement et la sécurité d’une zone à fort potentiel de développement touristique.

D’Egidio, pour sa part, a revendiqué l’importance des espaces intérieurs et d’un nouveau modèle de tourisme qui sait valoriser la montagne et le tourisme hivernal, mais plus généralement la tradition et l’identité des petits territoires. Le conseiller municipal Raimondo Fabrizio s’est concentré sur les questions liées aux activités économiques, appelant à des politiques fiscales courageuses notamment dans les zones défavorisées et à protéger les jeunes professionnels, les petites entreprises et les villages anciens, rappelant en ce sens l’engagement personnel de la ville d’Isernia. «L’Italie ne peut certainement pas recommencer sans le Sud – conclut Tartaglione – qui, avec ce gouvernement, est enfin revenu au centre de l’agenda politique. Il faut souligner que jusqu’à il y a quelques jours, la part destinée au Sud n’était que de 30%, alors qu’aujourd’hui avec un seuil de 40 une plus grande bouffée d’oxygène est certainement donnée. La discussion est ouverte et grâce à la présence de Forza Italia dans l’exécutif, de plus en plus d’espace sera accordé aux demandes des administrateurs et du territoire pour le développement du Molise ».