22 septembre 2020

Wall Street tombe alors que Powell met en garde contre une période prolongée de faible croissance

Les principaux indices de Wall Street ont chuté mercredi après que le président de la Réserve fédérale Jerome Powell a mis en garde contre une période prolongée de faible croissance et de stagnation des revenus due à la pandémie de coronavirus.

Il faudra un certain temps pour que l’économie américaine revienne à son niveau antérieur, a déclaré M. Powell dans une émission diffusée sur le web, et il a appelé à davantage de mesures de relance budgétaire.

“Powell fait ce qu’il faut en avertissant les gens qu’il ne s’agira pas seulement d’une reprise en forme de V”, a déclaré Sam Hendel, président et co-gérant de portefeuille de Levin Easterly Partners, basé à New York.

“Je pense que le marché surestime peut-être la facilité du retour à la normale.”

Toutefois, M. Powell a clairement indiqué que la Fed ne poussera pas les taux d’intérêt en dessous de zéro, car les traders ont de plus en plus misé.

A lire également : AstraZeneca annonce que les données des essais de la phase 1 du vaccin Covid-19 seront bientôt publiées

Les trois principaux indices boursiers américains ont grimpé d’environ 30 % par rapport à leur plus bas niveau de mars, les investisseurs misant sur une reprise de l’activité économique après que divers États ont atténué les blocages induits par le virus qui ont provoqué des licenciements massifs et perturbé les chaînes d’approvisionnement.

Toutefois, le rassemblement s’est interrompu cette semaine en raison des craintes d’une deuxième vague d’infections à Covid-19 suite à une augmentation des nouveaux cas en Allemagne, en Corée du Sud et en Chine et à une mise en garde d’un expert américain de haut niveau en matière de santé.

À 11 h 31 (heure de l’Est), l’indice Dow Jones des valeurs industrielles a perdu 307,23 points, soit 1,29 %, à 23 457,55, tandis que le S&P 500 a perdu 26,48 points, soit 0,92 %, à 2 843,64. Le Nasdaq Composite a perdu 48,44 points, soit 0,54 %, à 8 954,12.

L’énergie a chuté de 2,5 %, le pourcentage de pertes le plus élevé parmi les 11 principaux secteurs de l’industrie et de la production. Les actions des banques sensibles aux taux d’intérêt ont perdu 4 %, suite à une légère baisse des rendements du Trésor américain.

La jauge de la peur de Wall Street a augmenté pour la deuxième journée pour atteindre un sommet d’une semaine.

A lire également : Marques, sponsors jouent le jeu de l’incertitude alors que Covid-19 met un terme à tous les sports

“La volatilité va probablement persister car il y a beaucoup d’incertitude sur la façon dont ce virus se manifeste”, a déclaré Brian Levitt, stratège du marché mondial pour Invesco.

Royal Caribbean Cruises a lancé une offre d’obligations de 3,3 milliards de dollars, mettant en gage 28 de ses navires et prévoyant de lourdes pertes pour le premier trimestre. Ses actions ont chuté de 6,8 %.

Les émissions en baisse ont été plus nombreuses que les émissions en hausse, avec un ratio de 4,22 pour 1 à la Bourse de New York et de 3,32 pour 1 au Nasdaq.

L’indice S&P a enregistré deux nouveaux plus hauts et 10 nouveaux plus bas sur 52 semaines, tandis que le Nasdaq a enregistré 28 nouveaux plus hauts et 71 nouveaux plus bas.