19 octobre 2020

Un tribunal espagnol décide d’écarter le dirigeant catalan

La Cour suprême espagnole a interdit au président régional de Catalogne, Quim Torra, d’exercer ses fonctions pour avoir refusé de retirer une banderole appelant à la libération des dirigeants séparatistes de la prison qui était affichée dans un bâtiment à l’approche des élections générales de l’année dernière.

La décision de la Cour suprême, rendue lundi dernier, a confirmé une décision antérieure d’interdire à M. Torra d’exercer une fonction publique pendant 18 mois et de lui infliger une amende de 30 000 euros.

“Aucune loi injuste appliquée dans un but de vengeance contre ceux qui défendent les droits de l’homme et les droits universels ne pourra jamais vaincre la démocratie. La seule façon d’avancer est de se détacher démocratiquement”, a déclaré M. Torra dans un discours télévisé.

Cette décision déclenche une nouvelle période d’incertitude en Catalogne, où la demande d’indépendance de certains a provoqué la plus grande crise constitutionnelle que le pays ait connue depuis des décennies.

Torra est devenu le chef du gouvernement de Catalogne après la poussée de 2017 pour l’indépendance de la région par rapport à l’Espagne. Selon la loi, le député Pere Aragones de Torra devrait prendre la présidence jusqu’à ce qu’une nouvelle élection soit organisée dans la région.