22 septembre 2020

Un diplomate européen de haut rang dénonce le coup d’État en cours au Mali

Le chef de la politique étrangère du bloc, Josep Borrell, a condamné un coup d’État en cours au Mali, après que les militaires se soient emparés du président du pays, Ibrahim Boubakar Keita, selon les médias locaux.

Dans un tweet publié mardi, Borrell a déclaré que “l’UE condamne fermement la tentative de coup d’État en cours au Mali et rejette tout changement anticonstitutionnel”. Il a ajouté que le coup d’État “ne peut en aucun cas être une réponse à la profonde crise sociopolitique qui frappe le Mali depuis plusieurs mois”.

Le Premier ministre du pays, Boubou Cisse, ainsi que plusieurs hauts fonctionnaires ont également été saisis par les soldats maliens, l’obligeant à démissionner et de dissoudre le Parlement. Les dirigeants du coup d’État de mercredi se sont engagés à former un gouvernement civil de transition pour ouvrir la voie à de nouvelles élections.

L’opposition proteste depuis des semaines pour exiger le départ de Keita, l’accusant de l’effondrement de l’économie du pays et de la mauvaise gestion d’une situation sécuritaire qui s’aggrave.

Selon une déclaration du service d’action extérieure de l’UE, “le droit international et les droits de l’homme sont le seul moyen d’éviter la déstabilisation non seulement du Mali mais de toute la région”.

En coopération avec l’Union africaine, les Nations unies et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’UE a appelé au dialogue, ajoutant que des “contacts sont en cours” pour décider des prochaines étapes de la communauté internationale.