Laurent Demas 11 juin 2019

La déclaration a fait l’effet d’une bombe outre-atlantique. Afin de protéger le marché
fébrile de l’industrie métallurgique américaine, le président Donald Trump a dévoilé une
drastique augmentation des taxes à l’importation de l’acier et de l’aluminium, dont les droits
de douane seront respectivement de 25% et 10%.

Un nouveau train de taxes

Ce nouveau plan douanier a été annoncé après que la Maison Blanche ait assuré aux
professionnels de l’acier et de l’aluminium aux États-Unis qu’elle prendrait la défense de leurs
industries face à la concurrence économique étrangère. Néanmoins, les opposants à cette
initiative voulue par le président pointent du doigt une incertitude au sujet des résultats, et
surtout le risque de froisser la Chine, qui a déjà menacé de freiner ses importations de soja
américain. L’Union Européenne, elle aussi, avait tenté de dissuader Washington de prendre
une telle mesure.

La colère de l’Europe

Après l’annonce, les réactions internationales ont été nombreuses : le Canada a jugé
ces droits de douane « inacceptables », tandis que le président de la Commission
Européenne, Jean-Claude Juncker, a promis que l’Union Européenne réagirait avec « une
grande fermeté ». Il a également ajouté que cette mesure économique ne répondait, pour les
etatsunis, à aucun impératif de sécurité nationale, ce à quoi la Maison Blanche a rétorqué que
les navires et chars de l’US Army devaient être fabriqués avec de l’acier américain.

Un contexte de jouxtes verbales

Ces joutes verbales et diplomatiques s’ancrent dans un contexte explosif : les tensions
commerciales entre l’Amérique de Trump et la Chine de Xi Jinping ne cessent de croître
tandis que l’essor de l’industrie sidérurgique de l’Empire du Milieu est sans précédent.

Du côté de New-York, la Bourse a globalement mal réagi à l’annonce présidentielle.
En effet, les investisseurs de Wall Street craignent que cette hausse des prix sur l’acier et
l’aluminium se répercute sur l’ensemble des matières premières. D’un autre côté, les grands
groupes métallurgiques américains, tels que US Steel ou Nucor, avantagés par cette nouvelle
taxe, ont vu leurs actions grimper.

Leave a comment.

Your email address will not be published. Required fields are marked*