7 août 2020

Trudeau nie le “traitement préférentiel” dans un scandale éthique

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a nié jeudi avoir joué un quelconque rôle dans le choix d’une organisation caritative liée à sa famille pour gérer un important programme gouvernemental.

Trudeau fait l’objet d’une enquête du chien de garde canadien en matière d’éthique pour d’éventuelles violations de conflits d’intérêts. Le témoignage d’un premier ministre canadien devant une commission parlementaire est très inhabituel.

“WE Charity” n’a reçu aucun traitement de faveur, ni de moi, ni de personne d’autre. Le service public a recommandé WE Charity. Je n’ai absolument rien fait pour influencer cette recommandation”, a déclaré Trudeau jeudi.

Il a ajouté qu’il n’a appris que début mai que l’organisation caritative avait été recommandée par le service public pour le programme.

Trudeau s’est déjà excusé publiquement d’avoir participé à la décision du Cabinet de choisir WE Charity pour administrer le programme de subventions. L’organisation caritative s’est retirée peu après l’annonce du programme.