28 octobre 2020

SoftBank voit une perte nette d’environ 8,4 milliards de dollars sur la dépréciation de WeWork

SoftBank Group Corp. a déclaré qu’il prévoit une perte d’environ 700 milliards de yens (6,6 milliards de dollars) pour l’année se terminant en mars sur la partie de son investissement WeWork détenue en dehors du Fonds Vision, ce qui étend la perte nette attendue du groupe à 900 milliards de yens (8,4 milliards de dollars).

SoftBank a maintenu ses prévisions d’une perte d’exploitation annuelle record de 1,35 trillion de yens, annoncée plus tôt ce mois-ci comme des paris via le fonds de 100 milliards de dollars aigre, a rapporté Reuters.

SoftBank est impliqué dans un conflit juridique avec les directeurs de WeWork après s’être retiré d’une offre d’achat de 3 milliards de dollars convenue lors du renflouement de la société de partage de bureaux suite à une tentative d’introduction en bourse avortée l’année dernière.

Le conglomérat technologique a versé plus de 13,5 milliards de dollars dans WeWork, l’un des nombreux paris du PDG Masayoshi Son qui ont réduit à néant les bénéfices annuels de SoftBank et qui sont maintenant anéantis par l’épidémie de coronavirus.

A lire également : La garantie de 2 milliards de dollars de la SoftBank est menacée par la pandémie qui frappe les activités d’Oyo

Les actions de SoftBank ont augmenté de 2,4 % en début de séance, ce qui correspond à l’indice de référence. Le groupe a lancé un rachat record de 2,5 billions de yens pour soutenir ses actions, que le PDG Son utilise comme garantie pour ses prêts.

Le conglomérat à fort effet de levier a été contraint de vendre des actifs importants pour lever des fonds, mais pourrait recevoir un grand coup de pouce du plan de la Banque du Japon visant à développer l’achat d’obligations d’entreprises.

La SoftBank avait une dette de 160 milliards de dollars à la fin du mois de décembre et a vu le rendement de ses obligations augmenter de 4,5 % ce mois-ci.

Les sociétés de portefeuille continuent de se retirer d’un mouvement de croissance fulgurante alimenté par les liquidités des SoftBanks, la chaîne d’hôtels indienne Oyo prévoyant de se décharger de plus de propriétés dans le monde entier, ont déclaré des sources à Reuters cette semaine.

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Damien ROUSSON

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Voir tous les articles de Damien ROUSSON →