28 octobre 2020

Shinzo Abe lève l’état d’urgence à Tokyo et envisage une nouvelle relance économique

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a levé l’état d’urgence pour Tokyo et quatre autres régions lundi, après que le nombre d’infections ait chuté dans tout le pays, mais il a averti qu’il pourrait être réimposé si le virus recommençait à se propager.

Cette mesure signifie que l’ensemble du pays va désormais bénéficier d’un assouplissement des restrictions en matière de distanciation sociale, après une première levée des restrictions pour la plupart des régions le 14 mai.

M. Abe a déclaré que le montant total des mesures de relance de deux paquets économiques dépasserait 200 000 milliards de yens (1,86 000 milliards de dollars) mais qu’il faudrait encore beaucoup de temps pour revenir à une vie normale tout en contrôlant les risques d’infection.

“Aujourd’hui, nous faisons un pas ferme vers l’étape suivante après la levée de l’état d’urgence”, a déclaré le Premier ministre, visiblement détendu, aux journalistes réunis à Tokyo.

Abe a reconnu que le Japon a rencontré quelques problèmes dans sa réponse et a promis un réexamen une fois l’épidémie terminée. Mais il a également fait l’éloge du “modèle japonais”, qui a permis de maîtriser l’épidémie en six semaines sans que d’autres pays n’imposent de mesures de confinement strictes.

Toutefois, il a averti que “dans le pire des cas, il pourrait y avoir la malheureuse possibilité de réimposer l’état d’urgence si la vitesse des infections augmente à nouveau”, ajoutant qu’il voudrait éviter de demander aux gens de rester à l’intérieur.

La troisième économie mondiale a échappé à une épidémie explosive avec plus de 16 600 infections et 839 décès jusqu’à présent, selon le radiodiffuseur public NHK ; cependant, l’épidémie a fait basculer l’économie dans une récession et a plongé la popularité d’Abe à son plus bas niveau depuis plusieurs années.

Un sondage réalisé par le journal Asahi le week-end dernier a montré que le taux de soutien d’Abe était de 29 % – le plus bas depuis son retour au pouvoir fin 2012 – et que le taux de désapprobation était de 52 %. Les résultats reflètent un sondage du journal Mainichi publié samedi.

Le gouverneur de Tokyo, Yuriko Koike, a précédemment déclaré que la capitale passerait à la “première étape” de l’assouplissement des restrictions, une fois l’état d’urgence levé. Cela permettrait aux bibliothèques et aux musées de rouvrir, et aux restaurants de rester ouverts jusqu’à plus tard dans la soirée. Les étapes suivantes verraient la réouverture des théâtres, des cinémas et des champs de foire.

Selon les médias, Tokyo a fait état de 8 nouvelles infections lundi.

DEUX CINQUIÈMES DU PIB

Pour soutenir une économie en voie de connaître le plus profond marasme de l’histoire de l’après-guerre, le gouvernement envisage de nouvelles mesures de relance d’une valeur de 100 000 milliards de yens (930 milliards de dollars), comprenant principalement des aides financières aux entreprises, a rapporté lundi le journal Nikkei.

Ce paquet, qui sera financé par un deuxième budget supplémentaire, ferait suite à un plan de dépenses record de 117 000 milliards de yens déployé le mois dernier.

“Le gouvernement et la Banque du Japon continueront à travailler ensemble pour résoudre la situation en adoptant toutes les mesures nécessaires… nous allons soutenir le financement des entreprises japonaises en mobilisant une quantité énorme de fonds dans un esprit “tout Japon””, a déclaré M. Abe.

Les mesures de relance combinées porteraient les dépenses totales en réponse à la pandémie à environ 40 % du produit intérieur brut du Japon.

Le nouveau paquet comprendrait 60 000 milliards de yens pour étendre les programmes de prêts que les institutions financières publiques et privées offrent aux entreprises touchées par le virus, a déclaré le Nikkei. 27 000 milliards de yens supplémentaires seront mis de côté pour d’autres aides, y compris des injections de capitaux pour les entreprises en difficulté, selon le document.

Le gouvernement devrait approuver le budget, qui comprendra également des subventions pour aider les entreprises à payer les loyers et les salaires, lors d’une réunion du cabinet mercredi.

L’économie japonaise est entrée en récession au cours du dernier trimestre, et les analystes prévoient une nouvelle contraction de 22 % en avril-juin.