Saudi Aramco prévoit un dividende de 75 milliards de dollars alors même que les bénéfices chutent de 25%.

Saudi Aramco prévoit un dividende de 75 milliards de dollars alors même que les bénéfices chutent de 25%.

Non Par Charles Foucault

Le géant pétrolier contrôlé par l’Etat saoudien a conservé son énorme dividende malgré une chute de 25 % de ses bénéfices, et a signalé qu’il garderait le contrôle de ses dépenses alors qu’il se prépare à faire face à des dommages plus importants dus à la crise pétrolière. Saudi Aramco, la société cotée la plus importante au monde, versera un dividende de 18,75 milliards de dollars pour les trois premiers mois de 2020. Cela lui permettrait d’atteindre son objectif annuel de 75 milliards de dollars, sans toutefois préciser si elle s’engage toujours à atteindre ce chiffre.

Le paiement est crucial pour le royaume, qui détient environ 98 % d’Aramco et qui est confronté à la pire tourmente financière depuis des décennies en raison de la baisse de ses revenus. Lundi, le gouvernement a triplé la taxe sur la valeur ajoutée et réduit les indemnités des bureaucrates alors qu’il cherche à maîtriser un déficit fiscal qui pourrait atteindre 13 % du produit intérieur brut cette année.

graphique

A lire également : Maruti commence à sortir des voitures de Manesar au milieu du verrouillage de Covid-19

Au moment de l’introduction en bourse record d’Aramco en décembre, le dividende a constitué une part importante de son attrait. Un test de stress effectué par JPMorgan Chase a montré que si le pétrole tombait à 40 dollars le baril et que la production était de 9 millions de barils par jour, Aramco ne resterait dans les limites de l’objectif d’emprunt qu’elle s’était elle-même fixé que si elle réduisait le dividende de 30 % et diminuait ses dépenses de façon spectaculaire.

Le brut Arab Light, l’une des principales qualités du pays, a chuté à 13,34 dollars le baril le mois dernier, suite à l’échec d’un accord Opec+ visant à réduire l’offre et à l’augmentation de la production de l’Arabie Saoudite.