Roche mélange Actemra avec le remdesivir de Gilead dans l’essai Covid-19

Roche mélange Actemra avec le remdesivir de Gilead dans l’essai Covid-19

28 mai 2020 Non Par Charles Foucault

Roche prévoit de tester si le mélange de son médicament anti-inflammatoire Actemra avec le traitement antiviral remdesivir de Gilead Sciences Inc fonctionne mieux contre la pneumonie grave à Covid-19 que le remdesivir seul, a déclaré jeudi le fabricant suisse de médicaments.

L’Actemra et le remdesivir sont utilisés séparément dans certains contextes et essais cliniques, le premier médicament étant utilisé pour s’attaquer aux réactions immunitaires massives qui surviennent parfois chez les patients atteints du nouveau coronavirus et le second visant à interférer avec la réplication virale, a rapporté l’agence Reuters.

Roche espère qu’en combinant les deux dans une étude mondiale portant sur 450 patients hospitalisés dans le monde entier, elle pourra offrir aux médecins un coup de poing contre la maladie qui a jusqu’à présent frappé 5,8 millions de personnes et en a tué près de 360 000. Le cocktail sera comparé au remdesivir et à un placebo.

A lire également : CordenPharma prolonge l’accord avec Moderna pour fournir les lipides nécessaires à la production du vaccin Covid

“Sur la base de nos connaissances actuelles, nous pensons que l’association d’un antiviral et d’un modulateur immunitaire pourrait être une approche efficace pour traiter les patients atteints de maladies graves”, a déclaré Levi Garraway, médecin en chef de Roche, dans un communiqué.

Le remdesivir, un médicament contre le virus Ebola qui a échoué et qui a été reconverti contre le nouveau coronavirus lors de la pandémie de Covid-19, a suscité beaucoup d’intérêt après qu’une étude menée auprès de 397 patients a montré qu’il aidait à réduire le temps de guérison chez certains patients et a suggéré qu’il contribuait à maintenir les gens en vie.

Roche étudie également Actemra, développé à l’origine pour l’arthrite mais également utilisé pour contrôler les réactions immunitaires chez certains patients cancéreux, en monothérapie dans le cadre d’un essai distinct sur 450 patients qui devrait bientôt être achevé et produire des résultats dans le courant de l’année.