Recherché pour greffe, un ancien patron de Pemex doit être extradé d’Espagne vers le Mexique

30 juin 2020 Non Par Arthur Troibras

MEXICO (Reuters) – L’ancien directeur général de la compagnie pétrolière publique mexicaine Petroleos Mexicanos, Emilio Lozoya, a accepté d’être extradé d’Espagne vers le Mexique pour y être jugé pour corruption, a déclaré mardi le procureur général du Mexique, Alejandro Gertz.

Lozoya, 45 ans, qui était autrefois un proche confident de l’ancien président Enrique Peña Nieto, est recherché dans son pays natal pour des accusations de corruption et de blanchiment d’argent dans des affaires impliquant l’entreprise de construction brésilienne Odebrecht SA ainsi qu’une entreprise mexicaine d’engrais.

Lozoya a nié à plusieurs reprises tout méfait.

Ces affaires ont soulevé des questions quant à savoir dans quelle mesure d’autres membres du dernier gouvernement ont été informés de ses actions. L’extradition devrait renforcer l’affirmation du président Andres Manuel Lopez Obrador selon laquelle il est sérieux dans sa volonté de lutter contre la corruption.

Dans une déclaration télévisée, Gertz a déclaré lundi que Lozoya, qui a été arrêtée dans la ville espagnole de Malaga en février, avait accepté par écrit devant un tribunal pénal espagnol d’être extradée vers le Mexique et de se rendre aux autorités mexicaines.

Lozoya “a offert sa coopération pour établir et clarifier” les accusations portées contre lui”, a déclaré Gertz.

Lozoya a fui le Mexique dès que la nouvelle de la constitution d’un dossier contre lui s’est répandue, et la police a passé huit mois à le rechercher en Allemagne, en Grande-Bretagne, aux États-Unis, en France, en Italie, en Russie et en Espagne avant qu’il ne soit arrêté, a déclaré le procureur général.

Fils d’un ancien ministre mexicain de l’énergie, Lozoya, qui a fait ses études à Harvard, a été inculpé au Mexique l’année dernière. Il a dirigé Petroleos Mexicanos, connu sous le nom de Pemex, de 2012 à 2016.

On ne sait pas très bien quand Lozoya sera de retour au Mexique, mais M. Gertz a déclaré que des mesures seraient prises pour qu’il soit extradé rapidement.

Lozoya risque une longue peine de prison si elle est reconnue coupable. Ses avocats ont fait valoir que tout ce qu’il a fait lorsqu’il était au gouvernement a été fait au su de la présidente de l’époque, Peña Nieto.

(Reportage de David Alire Garcia et Diego Ore ; Montage de Dave Graham, Sandra Maler et Marguerita Choy)

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).