22 octobre 2020

Pourquoi tous les yeux seront rivés sur l’expiration des contrats à terme du pétrole du Brent cette semaine

L’expiration du contrat à terme du Brent en Europe, jeudi, sera probablement l’événement le plus suivi sur les marchés pétroliers depuis un certain temps, après que le benchmark américain a plongé sous zéro pour la première fois de l’histoire la semaine dernière.

La pandémie de coronavirus a tué la demande de pétrole alors que plus de quatre milliards de personnes sont bloquées et la semaine dernière, avant l’expiration de son contrat, le contrat à terme West Texas Intermediate (WTI) s’est profondément effondré en territoire négatif, ce qui en fait une responsabilité pour quiconque le détient.

Les analystes et les investisseurs se demandent s’il en sera de même pour le contrat à terme du pétrole Brent en Europe, mais la plupart s’accordent à dire que s’il n’y a pas d’obstacle technique à ce que le contrat aille dans le même sens, il est difficile de voir pourquoi il en serait ainsi.

A lire également : le fonds pétrolier américain avait 726 millions de dollars de pertes non réalisées avant avril : Rapport

Le Brent est considéré comme le marqueur international par l’industrie pétrolière car il est lié au brut transporté par mer et a donc moins de limites de stockage que le WTI, qui est installé contre un important site de stockage enclavé en Oklahoma.

Le Brent est géré par l’Intercontinental Exchange (ICE) en Europe et d’autres bruts y sont officieusement rattachés, il y a donc plus d’intérêt à le maintenir stable.

Néanmoins, la semaine dernière, l’ICE s’est dit prêt à passer des modèles mathématiques, de Black-76 à Bachelier, pour régler des contrats à des prix négatifs si nécessaire.

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Damien ROUSSON

Entrepreneur sur la région lyonnaise, je suis persuadé que le monde a besoin d'articles bienveillants afin recréer de la confiance dans la presse et de laisser derrière nous cette phase de défiance et cette ère de fake news.

Voir tous les articles de Damien ROUSSON →