27 octobre 2020

Pompeo demande au Vatican de condamner les violations des droits de l’homme en Chine

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a exhorté jeudi le Vatican à se joindre aux États-Unis pour condamner les violations de la liberté religieuse en Chine.

Au début de ce mois, Pompeo a critiqué le Vatican pour avoir renouvelé un accord avec la Chine sur la manière dont l’Église catholique romaine peut y opérer. Dans son discours de jeudi, il n’a pas abordé directement l’accord entre le Vatican et Pékin, mais il a décrit la Chine comme le pire abus des droits religieux au monde.

“Nulle part ailleurs la liberté religieuse n’est autant attaquée qu’en Chine aujourd’hui. C’est parce que, comme dans tous les régimes communistes, le Parti communiste chinois se considère comme l’autorité morale suprême”, a déclaré M. Pompeo lors d’un événement organisé par l’ambassade des États-Unis auprès du Saint-Siège.

L’accord entre le Vatican et la Chine permet au pape de nommer des évêques en Chine. Cependant, beaucoup pensent que cette concession a été faite au détriment des catholiques chinois qui ont longtemps pratiqué leur culte dans l’ombre. Le Vatican a déclaré que l’accord était une question purement ecclésiale concernant la nomination des évêques et qu’il ne s’agissait pas d’un accord politique ou diplomatique.

“La question de la protection de la liberté religieuse afin de permettre à l’Église catholique locale d’exercer sa mission reste une partie indispensable du champ d’action et de l’activité du Saint-Siège”, a déclaré l’archevêque Paul Gallagher.