3 août 2020

Plus de la moitié du personnel britannique mis à pied a repris le travail, selon un groupe de réflexion

LONDRES (Reuters) – Plus de la moitié des quelque 9 millions d’employés britanniques qui avaient été mis en congé pendant le verrouillage de la coronavirus ont déjà repris le travail, a estimé samedi le groupe de réflexion de la Resolution Foundation.

Le ministère britannique des finances a déclaré que des indemnités de licenciement totalisant 32 milliards de livres (42 milliards de dollars) ont été versées jusqu’à présent pour un total de 9,5 millions d’emplois, mais il ne publie pas de chiffres sur le nombre actuel de travailleurs licenciés.

Sur la base d’une analyse des enquêtes menées auprès des entreprises et des ménages par l’Office for National Statistics, la Resolution Foundation a estimé que le nombre de travailleurs mis à pied est “certainement inférieur à 4,5 millions” et peut-être même aussi bas que 3 millions.

Le programme de mise à pied a commencé en mars, parallèlement à la fermeture de la banque, et doit se terminer en octobre. Après quoi, de nombreux économistes craignent que le chômage n’augmente fortement, dépassant le pic atteint après la crise financière.

Les données officielles de jeudi ont montré de grandes différences entre les secteurs, avec plus de 90 % des travailleurs des technologies de l’information et des égouts qui ne sont pas mis à pied, mais près de la moitié du personnel des secteurs de l’accueil, des arts et des loisirs qui ont encore besoin d’aide.

“Ces travailleurs sont confrontés à un risque accru de chômage alors que le programme de maintien de l’emploi commence à être progressivement supprimé”, a déclaré Dan Tomlinson, économiste de la Resolution Foundation.

À partir de ce mois, les employeurs doivent commencer à contribuer au coût de la rémunération des travailleurs en congé, qui reçoivent 80 % de leur salaire normal.

La semaine dernière, l’Institut national de recherche économique et sociale de Grande-Bretagne et le parti travailliste d’opposition ont demandé que le programme soit prolongé jusqu’au milieu de l’année prochaine.

Mais le ministre des finances Rishi Sunak a rejeté à plusieurs reprises les demandes de prolongation, et son adjoint Steve Barclay a déclaré que les compétences des travailleurs risquaient de se dégrader s’ils passaient plus de huit mois hors du travail, en attendant un emploi qui pourrait ne pas leur revenir.

Les employeurs recevront 1 000 livres pour chaque travailleur mis à pied qu’ils reprendront et conserveront jusqu’à la fin du mois de janvier.

(Reportage de David Milliken ; rédaction de Stephen Addison)

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).