3 août 2020

Plus de 150 entreprises mondiales exhortent les gouvernements à aligner l’aide de Covid sur la science du climat

Au total, 155 entreprises représentant une capitalisation boursière combinée de plus de 2 400 milliards de dollars et plus de cinq millions d’employés ont signé une déclaration exhortant les gouvernements du monde entier à aligner leurs efforts d’aide et de relance économique dans le cadre de Covid-19 sur les dernières données scientifiques en matière de climat.

Alors que les débats sur les plans de relance dans le monde s’intensifieront dans les semaines à venir, les entreprises qui font partie de l’initiative “Science Based Targets” demandent des politiques qui renforceront la résistance aux chocs futurs en soutenant les efforts visant à maintenir la hausse de la température mondiale à 1,5 degré Celcius au-dessus des niveaux préindustriels, afin d’atteindre des émissions nettes nulles bien avant 2050.

Les signataires couvrent 34 secteurs et ont des sièges dans 33 pays.

Cette déclaration intervient alors que les gouvernements du monde entier préparent des plans de relance d’une valeur de plusieurs billions de dollars pour aider les économies à se remettre des effets de la pandémie de coronavirus, et qu’ils s’apprêtent à soumettre des plans climatiques nationaux renforcés dans le cadre de l’accord de Paris.

A lire également : De grands noms de la philanthropie indienne s’associent pour répondre au changement climatique

Dans les semaines à venir, plusieurs grandes économies prendront des décisions clés dans le cadre de leurs efforts de relance, notamment le plan de relance de l’Union européenne, les nouveaux plans de relance des États-Unis et de l’Inde, et le sommet des chefs d’État du G7 en juin.

Les 155 entreprises ont déjà fixé ou se sont engagées à fixer des objectifs de réduction des émissions fondés sur des données scientifiques. En signant la déclaration, elles réaffirment que leurs propres décisions et actions restent fondées sur la science tout en appelant les gouvernements à “donner la priorité à une transition plus rapide et plus équitable d’une économie grise à une économie verte”.

Les politiques et les dépenses qui intègrent des objectifs climatiques réduiront la vulnérabilité aux chocs et aux catastrophes futures, créeront de bons emplois, réduiront les émissions et garantiront un air pur, selon une étude de l’université d’Oxford.

“Sauver des vies et des moyens de subsistance, et construire un avenir prospère, inclusif et durable, sont au cœur de nos efforts pour nous remettre de Covid-19”, a déclaré le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

“Nous pouvons vaincre le virus, lutter contre le changement climatique et créer de nouveaux emplois grâce à des actions qui nous font passer de l’économie grise à l’économie verte. De nombreuses entreprises nous montrent qu’il est effectivement possible et rentable d’adopter des plans de réduction des émissions durables, même dans des moments difficiles comme celui-ci”, a-t-il déclaré.

“Je salue chaleureusement les actions ambitieuses, fondées sur la science, que nous voyons de la part d’entreprises de premier plan qui démontrent aux décideurs politiques que la croissance verte reste la meilleure stratégie de croissance”.

Les voix des entreprises sont convoquées par l’initiative Science Based Targets (SBTi) et ses partenaires de la campagne Business Ambition for 1.5 degrees Celcius, le Pacte mondial des Nations unies et la coalition We Mean Business.