19 septembre 2020

Personne ne veut voir Oly détenu derrière des portes fermées : Porte-parole de Tokyo 2020

Le porte-parole de Tokyo 2020, Masa Takaya, n’a pas exclu mardi la possibilité d’accueillir à huis clos les Jeux olympiques reportés, tout en insistant sur le fait que personne ne veut voir les jeux sans spectateurs.

La semaine dernière, la presse japonaise JIJI a cité un cadre anonyme du Parti libéral démocrate (LDP), qui est “proche” du Premier ministre japonais Shinzo Abe, qui a déclaré que les jeux “devraient absolument avoir lieu, même sans spectateurs”.

Lors d’une conférence de presse, M. Takaya a déclaré aux journalistes qu'”un tel sujet lié aux contre-mesures de COVID-19 doit être abordé après des discussions approfondies entre les principales parties – le gouvernement national, le gouvernement métropolitain de Tokyo et le comité d’organisation de Tokyo 2020″, rapporte l’agence de presse Xinhua.

“À partir de cet automne, nous aurons un organe de réunion auquel participeront ces trois parties, nous verrons donc les résultats de cet organe de réunion”.

Le président du CIO, Thomas Bach, a déclaré en juillet que le CIO est opposé à l’organisation d’événements sans fans.

“Il (Bach) n’est pas disposé à voir les jeux sans spectateurs”, a déclaré M. Takaya. “Tokyo 2020 ne veut pas non plus voir les jeux sans spectateurs. Personne n’est donc prêt à voir les jeux sans spectateurs. À cet égard, nous continuerons à suivre attentivement la situation de COVID-19 puis nous aurons des discussions approfondies entre les principales parties afin d’organiser des jeux sûrs et sécurisés l’année prochaine”.

Tokyo 2020 commencera à discuter “concrètement et en profondeur” des contre-mesures contre COVID-19 dès cet automne, a-t-il déclaré, ajoutant : “En attendant, nous n’avons pas de date limite pour décider comment les jeux seront organisés”.

–IANS

aak/bbh/

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).