15 août 2020

Nos droits territoriaux en mer de Chine méridionale sont conformes à la Charte des Nations unies : Chine

La Chine a déclaré mercredi que ses revendications territoriales dans la mer de Chine méridionale sont légitimes et ont été établies au cours d’une longue histoire qui est conforme au droit international, notamment à la Charte des Nations unies.

“La souveraineté territoriale de la Chine et ses droits et intérêts maritimes dans la mer de Chine méridionale ont été formés au cours d’un long processus historique et revendiqués par toutes les administrations chinoises, qui sont également en accord avec la Charte des Nations unies et la CNUDM. Les accusations de revendications légitimes de la Chine sont sans fondement”, a déclaré le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Zhao Lijian, lors d’une conférence de presse.

Cette remarque fait suite au tweet du secrétaire d’État américain Michael Pompeo du 2 juin, selon lequel les États-Unis ont envoyé une lettre au secrétaire général des Nations unies pour protester contre les “revendications maritimes illégales de la Chine en mer de Chine méridionale”.

Pompeo a écrit : “Nous rejetons ces revendications comme étant illégales et dangereuses. Les États membres doivent s’unir pour faire respecter le droit international et la liberté des mers”.

A VOIR AUSSI : la situation à la frontière avec l’Inde est stable ; pas besoin de médiation d’une tierce partie : Chine

La Chine et les États-Unis sont à couteaux tirés depuis le début de la pandémie sur plusieurs questions relatives au partage des informations sur le Covid-19.

Réaffirmant la position de la Chine, Zhao Lijian a déclaré : “La Chine n’a jamais tardé à publier des informations sur les coronavirus. Le calendrier de la Chine concernant le partage des informations sur le Covid-19 est clair et ouvert au monde. Elle peut résister à l’épreuve du temps”.

Pendant ce temps, les États-Unis ont déclaré mercredi qu’ils bloqueraient les vols des compagnies aériennes chinoises à destination ou en provenance des États-Unis à partir du 16 juin, a rapporté le New York Times.

Cette décision intervient après que le gouvernement chinois a empêché les compagnies aériennes américaines de reprendre leurs activités entre les deux pays.

Un arrêté du ministère américain des transports a déclaré que “les autorités chinoises de l’aviation n’ont pas autorisé les transporteurs aériens américains” à exploiter les routes qu’ils utilisaient auparavant.

“Le ministère continuera à dialoguer avec nos homologues chinois afin que les transporteurs américains et chinois puissent exercer pleinement leurs droits bilatéraux”, a déclaré le ministère dans un communiqué.