10 août 2020

Népal : Prachanda convoque le PCN à une réunion sans le Premier ministre Oli alors que le fossé entre les partis s’approfondit

Le président exécutif du parti communiste au pouvoir au Népal, Pushpa Kamal Dahal “Prachanda”, a unilatéralement convoqué mardi une réunion du puissant Comité permanent à la résidence officielle du Premier ministre K P Sharma Oli, sans sa présence, ce qui a encore aggravé la crise politique dans le pays.

La réunion cruciale du Comité permanent du Parti communiste népalais (NCP), composé de 45 membres, pour aplanir les divergences entre le Premier ministre Oli et la faction rivale dirigée par Prachanda, était prévue à 11 heures. Elle a cependant été reportée pour la 9ème fois.

Annonçant le report indéfini de la réunion, Ganesh Shah, membre du Comité permanent, a déclaré que les deux dirigeants avaient besoin de plus de temps pour des consultations informelles afin de régler leurs différends.

Le conseiller de presse du Premier ministre, Surya Thapa, a également déclaré dans un post sur Facebook que la réunion avait été reportée car les deux dirigeants avaient besoin de plus de temps pour les consultations.

La date de la prochaine réunion sera décidée après que les deux dirigeants se soient consultés, a-t-il dit.

Cependant, un haut dirigeant du parti a déclaré qu’Oli avait reporté la réunion sans consulter Prachanda. Le groupe dirigé par Prachanda avait déjà atteint la résidence officielle du Premier ministre à Baluwatar vers 11 heures du matin et attendait le signal d’Oli pour commencer la réunion.

Les membres du Comité permanent proches d’Oli n’ont pas assisté à la réunion unilatérale convoquée par Prachanda plus tard dans l’après-midi, ont déclaré les dirigeants des partis.

La réunion, qui a commencé vers 15 heures, a duré une heure, ont-ils dit.

Environ 25 membres du Comité permanent étaient présents à la réunion, rapporte le Kathmandu Post.

Mercredi dernier, une réunion de la Commission permanente s’est brièvement tenue à la résidence officielle du Premier ministre. Cependant, le Premier ministre n’a pas assisté à la réunion.

Par la suite, le parti a décidé de convoquer une autre réunion une semaine plus tard, le 28 juillet, afin d’examiner ses activités, les performances du gouvernement, de finaliser la répartition du travail entre les cadres et les dirigeants du parti, et de proposer une convention générale, entre autres questions.

Pendant ce temps, au milieu de l’aggravation des dissensions au sein du parti, le vice-président du NCP, Bam Dev Gautam, a proposé une solution intermédiaire pour résoudre le conflit entre le Premier ministre Oli et le président Prachanda.

LIRE ÉGALEMENT : BS LIT : Rhétorique politique, l’argent chinois noie l’Inde au Népal

Gautam a proposé qu’Oli soit autorisé à rester premier ministre pour le reste du mandat de la Chambre des représentants (HoR), soit deux ans et demi, et président du parti jusqu’à la convention générale d’unité qu’Oli a proposé de tenir à la mi-décembre.

De même, Prachanda devrait se voir confier la responsabilité de président du parti avec tous les pouvoirs exécutifs jusqu’à la tenue de la convention générale d’unité du PCN.

Gautam a également proposé qu’Oli soit autorisé à diriger le gouvernement de manière indépendante, même si le président aura tous les pouvoirs exécutifs. Il a toutefois proposé de tenir une consultation au sein du parti avant de prendre toute décision sur des questions d’importance nationale et internationale.

La proposition prévoit également de fixer des critères pour la promotion et le transfert des fonctionnaires et des bureaucrates de la sécurité ; de remanier le cabinet sur la base des suggestions et de la consultation du secrétariat central du parti ; de tenir une consultation au sein du secrétariat du parti avant de dévoiler les politiques et les programmes du gouvernement et d’accueillir la réunion officielle du parti à son bureau central.

Gautam a également proposé de tenir les réunions de tous les partis dans son bureau central plutôt qu’à la résidence officielle du premier ministre.

Une amère querelle interne couve au sein du NCP au pouvoir depuis quelques semaines, après que les principaux dirigeants du parti, dont Prachanda, aient exigé la démission d’Oli, déclarant que ses récentes remarques anti-indiennes n’étaient “ni politiquement correctes ni diplomatiquement appropriées”. Ils sont également contre le style de fonctionnement autocratique d’Oli.

Les divergences se sont encore accentuées après qu’Oli a déclaré que certains dirigeants du parti au pouvoir s’alignent sur le voisin du sud pour le destituer du pouvoir après que son gouvernement ait publié une nouvelle carte politique incorporant trois territoires indiens de Kalapani, Lipulekh et Limpiyadhura.

Lundi dernier, Prachanda a déclaré que des efforts étaient en cours pour résoudre les divergences entre les partis et a exclu une convention générale anticipée du parti, comme l’avait proposé le Premier ministre Oli, en difficulté.

Oli et Prachanda ont tenu au moins huit réunions ces dernières semaines pour régler les différences entre eux. Mais, comme le Premier ministre n’a pas accepté la condition d’un seul homme, les pourparlers ont échoué. Oli a refusé de renoncer à son poste de Premier ministre ainsi qu’à celui de coprésident du PCN.