5 août 2020

Mitsubishi cessera d’exploiter Pajero à partir de l’année prochaine ; le stock chute de plus de 10%.

Les actions de la société japonaise Mitsubishi Motors Corp ont plongé de plus de 10 % à leur plus bas niveau historique mardi, après que le constructeur automobile ait affiché des ventes lamentables sur son principal marché d’Asie du Sud-Est et ait prévu une perte énorme pour cet exercice financier.

Un jour plus tôt, Mitsubishi Motors, un membre junior de l’alliance automobile de Nissan Motor et Renault SA, avait prévu une perte d’exploitation de 140 milliards de yens (1,33 milliard de dollars) pour l’année se terminant le 31 mars 2021, en partie à cause de la pandémie de coronavirus.

Ce serait la plus grosse perte du constructeur automobile depuis au moins 18 ans, selon des données remontant à 2002. Les actions de Mitsubishi ont chuté de plus de 10 %, à 240 yens, marquant ainsi un creux historique depuis leur cotation en 1988.

La crise des coronavirus a exacerbé les difficultés de l’entreprise, qui luttait déjà contre la chute des ventes en Chine et en Asie du Sud-Est, un marché important qui représente un quart de ses ventes.

En annonçant un plan de restructuration lundi, Mitsubishi Motors a déclaré qu’elle cesserait de fabriquer le modèle de crossover SUV Pajero l’année prochaine, et fermerait l’usine qui le fabrique au Japon. Elle a également déclaré qu’elle réduirait sa présence en Europe et en Amérique du Nord et se concentrerait sur la croissance en Asie. Le plan de restructuration est conçu pour porter le bénéfice d’exploitation de la société à 50 milliards de yens en 2022/23 et pour faire passer la marge d’exploitation de -9,5 % actuellement à 2,3 %.