18 septembre 2020

M. Trump affirme qu’il peut, si nécessaire, émettre un décret sur les bulletins de vote par correspondance

Le président américain Donald Trump affirme qu’un décret sur le vote par correspondance est une option si le besoin s’en fait sentir.

“J’ai le droit de le faire, nous n’en sommes pas encore là”, a déclaré M. Trump lundi en réponse à la question d’un journaliste sur son intention d’utiliser le privilège de l’exécutif pour aborder la question litigieuse.

La pression en faveur d’un système de vote par correspondance a pris de l’ampleur ces dernières semaines et ces derniers mois, alors que les responsables s’inquiètent des conséquences sur la santé publique de la tenue d’une élection fédérale dans le contexte de la pandémie actuelle de COVID-19.

En outre, le président a annoncé que son administration avait l’intention d’engager une action en justice contre l’État américain du Nevada à propos de son plan de vote principal.

Dimanche dernier, les législateurs du Nevada ont approuvé un projet de loi autorisant le vote par correspondance dans cet État. Si le gouverneur Steve Sisolak signe la loi, comme prévu, le Nevada rejoindra les autres États qui prévoient de procéder à des votes par correspondance.

“Nous allons engager des poursuites au Nevada, et c’est déjà fait. Nous déposerons probablement quelque chose demain”, a déclaré M. Trump.

L’atout a également doublé sur les inconvénients d’un système de vote par correspondance. Le président a déclaré que le service postal des États-Unis – accablé par des années de sous-financement et de mauvaise gestion et englué dans un boom des livraisons du commerce électronique stimulé par la pandémie, selon M. Trump – n’est pas équipé pour assumer la responsabilité d’une élection fédérale.

M. Trump s’est rallié au système de vote par correspondance, qui, selon lui, pourrait ouvrir la voie à une fraude généralisée et produire des résultats électoraux litigieux, citant en exemple une course primaire bâclée au Congrès de New York.

Plus tard dans la journée de lundi, le service postal américain a déclaré qu’il était prêt à gérer l’ajustement contrairement à l’évaluation du président.

“Le service postal a la capacité d’ajuster notre réseau national de traitement et de distribution pour répondre au volume prévu de courrier électoral et politique, y compris tout volume supplémentaire qui pourrait résulter de la réponse à la pandémie COVID-19”, a déclaré l’agence dans un communiqué.

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).