14 août 2020

L’UE va imposer des sanctions à la Russie, à la Corée du Nord et à la Chine pour les cyberattaques, selon un rapport des médias

Les ambassadeurs de l’Union européenne ont donné leur feu vert à une proposition visant à imposer des sanctions à la Russie, à la Chine et à la Corée du Nord, après trois cyberattaques massives distinctes au cours des années précédentes.

La décision a été rapportée mercredi par le journaliste de RFE/RL, Rikard Jozwiak, qui a soutenu que des sources ont déclaré à l’agence de presse que l’UE allait imposer des sanctions à l’unité de renseignement militaire russe (GRU), à la société chinoise Tianjin Huaying Haitai Science & technology development Co. et à l’exposition Chosun en Corée du Nord.

Selon le rapport, l’UE gèlerait les actifs des trois entités, ainsi que leurs fonds potentiels dans l’UE, et imposerait des interdictions de visa à six citoyens non identifiés de Chine et de Russie, soupçonnés d’être derrière les cyberattaques WannaCry, NotPetya et Cloud Hopper.

Si elles sont confirmées, les cyber-sanctions seront les premières jamais imposées par l’UE dans le cadre de son nouveau régime de cyber-sanctions, qui a été adopté en 2019. Les sanctions devraient être officiellement adoptées avant la fin du mois de juillet.

Au début du mois de juillet, le gouvernement allemand avait proposé que l’UE impose des sanctions aux pirates informatiques russes responsables d’une cyberattaque de grande envergure contre le Bundestag en 2015. La proposition a été envoyée aux États membres, qui ont dû donner leur accord pour que la décision soit adoptée.