27 octobre 2020

Loukachenko ferme certaines frontières et met l’armée en état d’alerte

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a annoncé jeudi qu’il mettait ses troupes en alerte et fermait les frontières du pays avec la Pologne et la Lituanie.

Le Belarus a été secoué par des semaines de protestations après la victoire écrasante de Loukachenko, qui dirige le pays depuis 1994, lors des élections du 9 août. Le vote a été dénoncé par des responsables de l’UE et des États-Unis, et a forcé Loukachenko à se tourner vers Moscou pour obtenir son soutien.

L’opposition affirme que le principal challenger de Loukachenko, Svetlana Tikhanovskaya, a été le vainqueur légitime et souhaite de nouvelles élections. Tikhanovskaya, qui a fui en Lituanie après le vote, n’a remporté qu’environ 10 % des voix contre 80 % pour Loukachenko, selon la commission électorale.

“Nous sommes obligés de retirer les troupes des rues, de mettre l’armée en état d’alerte et de fermer la frontière de l’État à l’ouest, principalement avec la Lituanie et la Pologne. Je ne veux pas que mon pays soit en guerre. De plus, je ne veux pas que la Biélorussie et la Pologne, la Lituanie se transforment en un théâtre d’opérations militaires où nos problèmes ne seront pas résolus”, a déclaré Loukachenko.

Le mois dernier, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie ont mis sur liste noire M. Loukachenko et 29 autres hauts fonctionnaires pour fraude électorale présumée et répression des manifestants pro-démocratie.

Les militants des droits de l’homme ont accusé à plusieurs reprises la police anti-émeute biélorusse de réprimer brutalement les marches pacifiques dans le pays. Le gouvernement a rejeté ces accusations. Moscou a annoncé cette semaine qu’il offrirait un nouveau prêt de 1,5 milliard de dollars au gouvernement de Loukachenko.