8 août 2020

L’Opec et la Russie se réunissent pour prolonger les réductions record de l’approvisionnement en pétrole et insister sur la nécessité de respecter les règles

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés, menés par la Russie, se sont réunis samedi pour approuver l’extension des réductions record de la production de pétrole et pour pousser des pays comme l’Irak et le Nigeria à mieux respecter les restrictions existantes, Reuters rapporté.

Les producteurs connus sous le nom d’Opec+ ont précédemment accepté de réduire l’offre d’un volume record de 9,7 millions de barils par jour (bpj) en mai-juin pour soutenir les prix qui se sont effondrés en raison de la crise du coronavirus. Les réductions ont été dues à une diminution de 7,7 millions de barils par jour de juillet à décembre.

Des sources de l’Opec+ ont déclaré que l’Arabie Saoudite et la Russie avaient convenu de prolonger les réductions record tout au long du mois de juillet, bien que Riyad préfèrerait voir les réductions prolongées tout au long du mois d’août. Le brut Brent, qui a chuté sous les 20 dollars le baril en avril, a augmenté de près de 6 % vendredi pour s’échanger à son plus haut niveau depuis trois mois, à plus de 42 dollars.

Les vidéoconférences de samedi commenceront par des discussions entre les membres de l’Opec à 1200 GMT, suivies d’un rassemblement du groupe OPEP+ à 1400 GMT, a déclaré l’OPEP vendredi.

A lire également : L’Inde économise 5000 Rs en devises après avoir profité de la faiblesse des prix du pétrole

Trois sources de l’Opec ont déclaré qu’une extension des réductions était subordonnée à un niveau élevé de conformité. Les pays qui ont dépassé leur quota de production en mai et juin doivent s’engager à respecter les objectifs et à compenser toute surproduction antérieure par des réductions supplémentaires en juillet, août et septembre.

L’Irak, qui a eu l’un des pires taux de conformité en mai, selon un Reuters a accepté des réductions supplémentaires, selon des sources de l’Opec. On ne sait pas exactement comment l’Irak va réduire sa production et accepter que les grandes compagnies pétrolières travaillant dans le pays réduisent leur production. Le Nigeria a déclaré qu’il chercherait également à atteindre une conformité totale.

“Les Saoudiens ont poussé Bagdad à se conformer à la loi”, selon une source de l’Opec+. “L’Irak a accepté la promesse d’améliorer son respect total des réductions”.

Bagdad a blâmé des raisons techniques et un changement récent de son gouvernement pour le faible respect des règles en mai, a déclaré une autre source de l’Opec. On ne sait pas exactement comment l’Irak accepterait que les grandes compagnies pétrolières travaillant sur son territoire réduisent encore leur production. Le pays doit encore désigner un nouveau ministre du pétrole, le ministre des finances jouant également le rôle de ministre du pétrole par intérim.

A lire également : le pétrole atteint 40 dollars et se refroidit alors que des doutes apparaissent sur la prochaine étape des réductions de l’OPEP

Le Nigeria a déclaré dans une déclaration en début de semaine qu’il avait fait “des efforts concertés pour adhérer à [its cut] et continuera à le faire sans équivoque”. Le pays vise à atteindre une conformité totale d’ici la fin du mois, a déclaré le ministre du pétrole du pays, Timipre Sylva, ajoutant qu’ils ont mesuré leur conformité en mai à 52 %.

Le Mexique, qui a résisté aux pressions des autres membres de l’Opec+ pour réduire la production de 23 % ou 400 000 bpj, a accepté de réduire la production de 100 000 bpj seulement pour mai et juin lors de la réunion d’avril. Le président Andres Manuel Lopez Obrador a déclaré vendredi que son pays n’était pas en mesure de procéder à des réductions supplémentaires, mais que le ministre de l’énergie Rocio Nahle participerait à la réunion de l’Opec+.

Les réunions des comités techniques et ministériels de l’Opec+, qui examinent le marché et formulent généralement des recommandations sur la politique à suivre, sont désormais prévues pour les 17 et 18 juin, selon des sources de l’Opec+.