3 août 2020

L’ONU organise des discussions politiques mettant l’accent sur les solutions multilatérales pour atténuer la pandémie

Les Nations unies ont tenu un vaste débat politique mettant l’accent sur une variété de solutions multilatérales pour atténuer la pandémie mondiale de Covid-19 et aussi pour se remettre sur la voie de la réalisation des objectifs de développement durable (SDG).

“Notre engagement à réaliser les SDG n’a pas changé, mais l’urgence d’agir a changé”, a déclaré lundi Mona Juul, présidente du Conseil économique et social, lors de la discussion en ligne sur le thème “Unir nos forces” : des solutions politiques efficaces pour la réponse au Covid-19″.

M. Juul a déclaré que tout en travaillant à des percées qui aideront le monde à surmonter l’urgence sanitaire, notamment un vaccin, “nous commençons seulement à prendre conscience de la véritable ampleur de la crise sociale et économique qui nous attend”.

Près de la moitié de la main-d’œuvre mondiale est en danger immédiat de chômage, tandis que d’autres objectifs mondiaux sont en train d’être inversés, comme l’augmentation de la pauvreté mondiale pour la première fois depuis 1998, certaines régions revenant à des niveaux qu’elles n’avaient pas connus il y a 30 ans, a-t-elle déclaré.

Bien que ce virus ait un impact sur tout le monde, il n’a pas été un égalisateur, mais a plutôt exposé et aggravé les inégalités dans les sociétés.

LIRE AUSSI : L’OMS nie un rapport affirmant que la Chine a fait pression sur elle pour qu’elle ne divulgue pas les informations sur Covid-19

“Ces disparités devraient être notre catalyseur et notre appel à mieux reconstruire”, a-t-elle déclaré, ajoutant que les réponses nationales devraient être façonnées par les droits de l’homme et que l’action mondiale spécifique à chaque pays devrait tenir compte des situations particulières.

La vice-secrétaire générale des Nations unies, Amina Mohammed, a déclaré lors de la réunion que les vies et les moyens de subsistance partout dans le monde dépendent de la capacité des Nations unies à soutenir les gouvernements dans la lutte contre cette “crise sanitaire, humanitaire et socio-économique sans précédent”.

Qualifiant les SDG de “boussole claire” pour diriger la communauté mondiale, elle a cité l’Agenda 2030, l’Accord de Paris sur le changement climatique et le Programme d’action d’Addis-Abeba sur le financement du développement, comme étant la carte du monde.

Mohammed a souligné la “priorité immédiate” de répondre aux besoins des pays et des communautés les plus vulnérables qui risquent d’être laissés pour compte.

En ce qui concerne le Fonds de réponse et de redressement Covid-19 des Nations unies, destiné à catalyser une action commune sur le terrain pour les pays et les communautés les plus vulnérables, elle a déclaré que “nous avons estimé des milliards et en recevons des millions”.

Décrivant la pandémie de coronavirus comme “une crise humaine d’une ampleur historique”, Liu Zhenmin, qui dirige le Département des affaires économiques et sociales (DAES) des Nations unies, a déclaré qu’elle avait déstabilisé la croissance économique mondiale et entraîné le monde dans une récession mondiale majeure qui menace tous les SDG.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, a également pesé dans la discussion, en disant “Il ne peut y avoir de retour à la normale.”

Mardi matin, le nombre total de cas de Covid-19 dans le monde est passé à 4 175 284, tandis que le nombre de décès s’élevait à 285 971, selon l’Université Johns Hopkins.