8 août 2020

L’ONU approuve un plan d’aide limité pour la Syrie, soutenu par la Russie

Le Conseil de sécurité des Nations unies a approuvé samedi une résolution permettant à un seul poste frontière – au lieu des deux actuels – de rester ouvert pour les convois d’aide de l’ONU en Syrie.

La tentative de vote sur cette question était la cinquième. Douze nations ont voté en faveur de la résolution, dont les États-Unis qui, avec les pays européens, voulaient maintenir les voies d’acheminement de l’aide de l’ONU par les deux postes frontières. La Russie, la Chine et la République dominicaine se sont abstenues.

L’ambassadeur américain à l’ONU, Kelly Craft, a déclaré que la série de vetos russes et chinois opposés cette semaine à des résolutions qui auraient permis une aide accrue est une “tache sur l’humanité”.

Le point de passage restant est le point de passage Bab al-Hawa en provenance de Turquie, et l’approbation de l’itinéraire ne durera qu’un an.

La Russie, qui soutient le régime syrien, a fait pression pour réduire le programme d’aide, parce que l’aide n’est pas faite en coopération avec le gouvernement syrien. L’aide est envoyée via la Turquie dans des zones qui sont principalement contrôlées par les rebelles, que la Turquie soutient. L’envoyé adjoint de l’ONU en Russie, Dmitry Polyansky, a déclaré que ces zones sont “contrôlées par des terroristes et des combattants internationaux et qu’il est impossible de les surveiller”.

Jeudi, le premier cas de coronavirus a été confirmé dans la région d’Idlib, tenue par les rebelles. Les groupes d’aide ont déclaré que le niveau actuel de l’aide est déjà loin de ce qui est nécessaire.