12 août 2020

L’ONU accuse l’Iran d’avoir attaqué des installations pétrolières saoudiennes, Téhéran nie

Les Nations Unies ont déclaré vendredi qu’elles avaient déterminé que l’Iran était la source de plusieurs articles dans deux cargaisons d’armes saisies par les Etats-Unis et de débris laissés par les attaques sur les installations pétrolières et un aéroport international de l’Arabie Saoudite, selon un nouveau rapport.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a déclaré que certains des articles saisis par les États-Unis en novembre 2019 et février 2020 “étaient identiques ou similaires” à ceux trouvés après les attaques de missiles de croisière et de drones sur l’Arabie saoudite en 2019.

Il a déclaré dans un rapport au Conseil de sécurité de l’ONU obtenu vendredi par The Associated Press que certains articles saisis par les États-Unis dans les eaux internationales au large du Yémen sont non seulement iraniens mais pourraient avoir été transférés d’une manière incompatible avec la résolution du Conseil qui a approuvé l’accord nucléaire iranien de 2015.

Le secrétaire général a fait rapport sur la mise en œuvre de la résolution de 2015 qui consacre l’accord nucléaire visant à empêcher l’Iran de développer des armes nucléaires. Il comprend des restrictions qui ont pris effet le 16 janvier 2016, sur les transferts vers ou depuis l’Iran de matériel nucléaire et de missiles balistiques ainsi que d’armes. Le Conseil de sécurité doit discuter de la mise en œuvre de la résolution le 30 juin, et les États-Unis devraient faire pression pour que l’embargo sur les armes des Nations unies contre l’Iran, qui en fait partie, soit prolongé indéfiniment avant son expiration en octobre.

Le président Donald Trump s'arrête pour parler avec les journalistes sur la pelouse sud de la Maison Blanche alors qu'il revient à la Maison Blanche sur Marine One à Washington. Photo : PTI

Le président Donald Trump s’arrête pour parler avec les journalistes sur la pelouse sud de la Maison Blanche alors qu’il revient à la Maison Blanche sur Marine One à Washington. Photo : PTI

Le président Donald Trump a retiré les États-Unis de l’accord nucléaire en mai 2018 et a réimposé les sanctions américaines qui avaient été assouplies ou levées. Les responsables américains affirment que l’Iran s’efforce d’obtenir des missiles à capacité nucléaire, ce que les Iraniens nient.

L’Iran nie toute implication dans les attentats

Le ministère iranien des Affaires étrangères a rejeté le rapport et a déclaré vendredi que l’ONU pourrait avoir préparé le rapport sous les “pressions politiques” des Etats-Unis, a rapporté l’agence de presse Xinhua.

Zarif

Le ministre iranien des affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a déclaré que les États-Unis n’ont pas le droit d'”abuser” de l’ONU pour diffamer l’Iran.

Il a déclaré que l’ONU n’a pas la capacité, l’expertise et les connaissances nécessaires pour mener une enquête aussi sophistiquée et sensible, ajoutant que le rapport reproduit exactement les affirmations des États-Unis. En substance, les États-Unis sont assis sur le siège du conducteur pour façonner la soi-disant “évaluation” concernant la connexion iranienne aux attaques, a déclaré l’Iran.

“Il ne fait aucun doute que de tels rapports ne contribueront pas à la paix et à la sécurité de la région”, indique la déclaration.

“L’Iran conseille vivement au Secrétariat de l’ONU de ne pas aller dans le sens du scénario préparé par les Etats-Unis qui cherche à empêcher la levée de l’interdiction (de l’ONU) de vendre des armes conventionnelles à l’Iran”, peut-on lire dans la déclaration.

Le ministre iranien des affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a déclaré jeudi que les États-Unis n’ont pas le droit d'”abuser” de l’ONU pour diffamer l’Iran.