10 août 2020

L’Iran confirme que le site nucléaire endommagé de Natanz était une installation de centrifugeuse

L’Iran a confirmé qu’un bâtiment endommagé sur le site nucléaire souterrain de Natanz était un nouveau centre d’assemblage de centrifugeuses, a rapporté l’agence de presse officielle IRNA.

Les responsables iraniens avaient auparavant cherché à minimiser l’importance de l’incendie, qui a éclaté tôt jeudi, en le qualifiant d’incident n’ayant touché qu’un hangar industriel. Cependant, une photo et une vidéo du site diffusées par la télévision d’Etat iranienne ont montré un bâtiment en brique de deux étages avec des traces de brûlure et son toit apparemment détruit.

Un porte-parole de l’agence nucléaire iranienne, Behrouz Kamalvandi, a déclaré dimanche que les travaux avaient commencé sur le centre en 2013 et qu’il avait été inauguré en 2018. Il est prévu d’y construire des machines à centrifuger plus avancées”, a-t-il déclaré, ajoutant que les dégâts pourraient entraîner un retard dans le développement et la production de machines à centrifuger avancées à moyen terme.

Il a déclaré que l’incendie avait endommagé les instruments de précision et de mesure, et que le centre n’avait pas fonctionné à pleine capacité en raison des restrictions imposées par l’accord nucléaire de Téhéran de 2015 avec les puissances mondiales. L’Iran a commencé à expérimenter des modèles de centrifugeuses avancées à la suite du retrait unilatéral des Etats-Unis de l’accord il y a deux ans.

L’Iran maintient depuis longtemps que son programme atomique est à des fins pacifiques.

Une vidéo et des messages en ligne revendiquant prétendument la responsabilité de l’incendie ont été diffusés vendredi.

Les multiples et différentes revendications d’un groupe qui se décrit lui-même comme “les guépards de la patrie”, ainsi que le fait que les experts iraniens n’ont jamais entendu parler de ce groupe auparavant, ont soulevé des questions quant à savoir si Natanz avait de nouveau été confrontée à un sabotage par une nation étrangère, comme cela avait été le cas lors de l’épidémie de virus informatique Stuxnet, dont on pense qu’il a été conçu par les États-Unis et Israël.

L’incendie de Natanz a également eu lieu moins d’une semaine après une explosion dans une zone à l’est de Téhéran qui, selon les analystes, cache un système de tunnels souterrains et des sites de production de missiles.

Deux analystes basés aux Etats-Unis qui ont parlé à The Associated Press vendredi, en se basant sur des photos publiées et des images satellites, ont identifié le bâtiment touché comme étant le nouveau Centre d’assemblage des centrifugeuses d’Iran de Natanz. Une image satellite prise vendredi par Planet Labs Inc, annotée par des experts du James Martin Centre for Nonproliferation Studies du Middlebury Institute of International Studies, montre ce qui semble être des dommages causés à la moitié du bâtiment.

La destruction d’une installation d’assemblage par centrifugeuse pourrait avoir un impact considérable sur la capacité de l’Iran à enrichir plus rapidement de plus grandes quantités d’uranium, ce qui serait un objectif pour Israël ou les États-Unis.

Natanz accueille aujourd’hui la principale installation d’enrichissement de l’uranium du pays. Dans ses longs halls souterrains, des centrifugeuses font tourner rapidement de l’hexafluorure d’uranium gazeux pour enrichir l’uranium. Actuellement, l’AIEA affirme que l’Iran enrichit l’uranium à environ 4,5% de pureté au-dessus des termes de l’accord nucléaire, mais bien en dessous des niveaux de 90% pour les armes. Selon l’AIEA, les travailleurs iraniens ont également effectué des tests sur des centrifugeuses perfectionnées.