14 août 2020

Les ventes au détail du mois de juin aux États-Unis ont augmenté de 7,5 %, mais le Covid-19 anéantit les espoirs de reprise économique

Les ventes au détail aux États-Unis ont augmenté de 7,5 % en juin, signe que l’économie était en voie de guérison juste avant que les infections par le coronavirus n’atteignent un nouveau sommet et ne fassent chuter les espoirs d’une reprise régulière.

Le Bureau du recensement a indiqué jeudi que les ventes au détail sont supérieures de 1,1 % à leur niveau d’il y a un an, après une chute brutale en mars et avril, compensée par un rebondissement décent en mai et juin. Mais ces gains pourraient être de courte durée, car les infections ont commencé à augmenter vers la fin du mois de juin.

Alors que le rapport d’aujourd’hui donne l’illusion d’une consommation effrénée et abondante, la réalité est plus sombre : les consommateurs sont de plus en plus craintifs face aux nouveaux pics des cas de Covid-19 et à l’imminence d’un précipice fiscal, a déclaré Lydia Boussour, économiste américaine senior à Oxford Economics.

Le rapport montre comment les acheteurs et les entreprises s’adaptent à la vie en cas de pandémie, en changeant leurs habitudes dans l’espoir de stopper une maladie qui peut rapidement s’enflammer et causer des ravages financiers.

Les bars du Texas ont de nouveau fermé à la fin du mois dernier en raison de la recrudescence des infections dans cet État. Cette semaine, la Pennsylvanie a ordonné que les restaurants ne puissent accueillir que 25 % de leurs clients potentiels.

Par mesure de précaution, les magasins Gap, Kohl’s et autres retirent des salles de vente les vêtements portés dans leurs vestiaires pendant plusieurs jours. À toutes ces pressions s’ajoutent des signes indiquant que la reprise des dépenses de consommation a commencé à s’essouffler à la fin du mois dernier, selon l’analyse des cartes de crédit par la banque JPMorgan Chase.

Je soupçonne que le modeste recul que nous avons constaté dans nos données sur les dépenses par carte depuis la fin juin est dû aux inquiétudes concernant la résurgence de Covid-19, a déclaré Jesse Edgerton, un économiste de la banque.

Les chiffres du mois de juin ont montré la nature complexe d’une reprise incertaine.

Les ventes hors magasin, qui comprennent les achats en ligne, ont chuté de 2,4 % au cours du mois dernier, mais sont en hausse de 23,5 % par rapport à l’année dernière. Les dépenses dans les restaurants et les bars ont fait un bond de 20 % le mois dernier, mais elles sont toujours en baisse de 26,3 % par rapport à l’année dernière. Les ventes de vêtements ont plus que doublé entre mai et juin, mais elles se sont effondrées de 23,2 % par rapport à l’année dernière.

Les acheteurs ont réagi en déplaçant leurs dépenses, et pas seulement vers les détaillants en ligne. Les ventes des magasins de matériaux de construction ont augmenté de 17,3 % par an. Les magasins d’articles de sport, d’instruments de musique, de livres et de loisirs ont connu une croissance annuelle de 20,6 %. Les achats dans les épiceries ont augmenté de 11,7 % au cours de l’année dernière.