8 août 2020

Les ventes au détail du mois de juin au Japon chutent pour le quatrième mois consécutif, mais à un rythme plus lent

Par Yoshifumi Takemoto et Daniel Leussink

TOKYO (Reuters) – Les ventes au détail au Japon ont chuté pour le quatrième mois consécutif en juin, le sentiment des consommateurs étant toujours meurtri par l’impact de la pandémie de coronavirus, même si le rythme de la baisse a été plus lent que prévu.

La chute prolongée des ventes au détail a montré que la crise sanitaire a plongé la troisième économie mondiale dans une profonde récession.

Les ventes au détail ont chuté de 1,2 % en juin par rapport à l’année précédente, tirées par la faiblesse des dépenses en marchandises générales ainsi que par les articles de grande consommation tels que les voitures, ont indiqué jeudi les données du ministère du commerce.

Mais il y a eu des points positifs dans les dépenses pour l’alimentation, les articles de toilette et l’électronique domestique, ce qui signifie que la baisse a été beaucoup plus faible que les 6,5% de baisse prévus par les économistes dans un sondage Reuters.

“C’est une surprise assez positive”, a déclaré Taro Saito, chercheur exécutif à l’Institut de recherche de la NLI.

“La raison est que c’est la consommation de biens, qui est revenue après la levée de l’état d’urgence”.

Par rapport au mois précédent, les ventes au détail en juin ont augmenté de 13,1 % en données corrigées des variations saisonnières, ce qui représente une hausse pour le deuxième mois consécutif.

Le dernier indicateur devrait apaiser certaines inquiétudes des décideurs politiques après que les données du début de la semaine montrant une baisse des dépenses des entreprises au premier trimestre aient suggéré que le coup porté à l’économie par le virus était beaucoup plus profond qu’on ne le pensait.

Les décideurs politiques espèrent qu’une reprise des dépenses privées, qui représentent plus de la moitié de l’économie, contribuera à soutenir la croissance, car la faiblesse de la demande mondiale assombrit les perspectives économiques.

Mais Saito a mis en garde contre un optimisme excessif quant à l’état de la consommation, car la demande de services tels que les repas au restaurant et les séjours à l’hôtel reste déprimée en raison des risques de pandémie.

Selon les prévisions, l’économie s’est contractée de plus de 20 % sur une base annualisée au deuxième trimestre, marquant ainsi le troisième trimestre consécutif de déclin. Les données préliminaires du PIB seront publiées le 17 août.

(Reportage de Yoshifumi Takemoto et Daniel Leussink ; Montage de Lincoln Feast)

(Seuls le titre et l’image de ce rapport ont pu être retravaillés par le personnel de Business Standard ; le reste du contenu est généré automatiquement à partir d’un flux syndiqué).